Mosaïques méditerranéennes

24 November 2009 | Project completed

  • Augmenter la résilience des paysages méditerranéens aux changements climatiques et socio-économiques
  • Promouvoir des mesures de conservation innovantes ainsi que le développement rural en misant sur l'identité des communautés locales
  • Préconiser un nouveau cadre de politiques locales, nationales et internationales en matière de développement rural, qui dépasse les logiques de subventions

La vulnérabilité des écosystèmes méditerranéens face au changement climatique peut augmenter en raison des procédés et pratiques de gestion actuels mal adaptés. Ces derniers contribuent à une réduction importante des fonctions régulatrices des écosystèmes et des ressources hydriques et accélèrent ainsi la dégradation et l’appauvrissement des sols. De nombreux chercheurs et scientifiques contemporains pensent qu'une fois que les seuils déterminés d'interactions négatives entre les systèmes écologiques, socio-économiques et culturels seront dépassés, les altérations qui en seront issues pourraient avoir, dans un avenir proche, un effet domino et entraîner des changements irréversibles. Ces derniers pourraient également conduire à des conditions socio-écologiques non désirées comme l'appauvrissement du capital naturel et social, et la perte de capacité des paysages à fournir les biens et services dont dépendent les populations.

L'adaptation aux changements mondiaux sous-entend une modification des systèmes écologiques, sociaux et économiques afin d'inverser les processus et les pratiques négatives et d’augmenter la résilience écologique et sociale du système. Conserver et renforcer la diversité à tous les niveaux représente la meilleure stratégie d’adaptation face au changement climatique, et donne lieu à un plus grand nombre de ressources, d'opportunités et de possibilités pour affronter les changements environnementaux, sociaux et économiques, et pour garantir la viabilité et la durabilité des socio-écosystèmes méditerranéens.

Les paysages de la mosaïque méditerranéenne sont des socio-écosystèmes relativement équilibrés caractérisés par une haute biodiversité, de fortes identités régionales et des populations culturellement riches. Il y a donc des raisons d’espérer que cette diversité réduira le risque de changements brusques qui entraîneraient des pertes écologiques et socio-économiques irréversibles. Pour éviter de franchir les seuils d’altération écologiques aux conséquences indésirables, il est important de veiller à ne pas dépasser les seuils socioculturels. Ainsi, la préservation et la restauration des mosaïques méditerranéennes résistantes aux perturbations sont la clé de la résilience aux changements planétaires.

Une gestion adaptative active et une gouvernance de résilience seront nécessaires pour préserver les socio-écosystèmes viables et pour améliorer la capacité d’adaptation des paysages dégradés aux effets négatifs combinés des changements climatiques et socio-économiques. Selon la plupart des spécialistes, les principaux critères de conservation et de restauration des paysages méditerranéens sont les suivants :

  • Aborder de la façon la plus large possible les impacts et les principales causes d'altérations environnementales et culturelles phares et l'effet domino qui a conduit à ces impacts ;
  • Introduire de nouveaux modèles de gestion multifonctionnelle des paysages au moyen de plusieurs approches traditionnelles et innovantes, et de pratiques adaptées de conservation et de gestion ;
  • Assurer les conditions habilitantes (réglementation, financement, institutions compétentes, implication des parties prenantes, formation et sensibilisation) nécessaires au soutien apporté aux gestionnaires et aux utilisateurs des terres lors de leur passage à des pratiques résilientes de gestion et d'utilisation ;
  • Augmenter le niveau d'autosuffisance des économies rurales et diminuer leur dépendance à l’égard des subventions.

Le concept du projet « Mosaïques méditerranéennes » est né d'un débat entre l'UICN-Med et des organisations espagnoles, italiennes et portugaises expérimentées dans le domaine. Le but était d’établir une alliance stratégique afin d'entamer un travail innovant sur la conservation de la nature et le développement rural au niveau territorial.

En vue de renforcer la coopération Nord-Sud dans la région et de partager le savoir-faire entre les organismes évoqués et les zones les moins avancées, le projet fait appel à des organisations algériennes et libanaises. En unissant leurs forces et en apprenant les unes des autres, ces organisations désirent s'engager dans un nouveau programme qui s’articule autour des objectifs suivants :

  1. Améliorer / restaurer la résilience écologique, sociale et culturelle des zones rurales et naturelles du sud de l'Europe. Leur patrimoine naturel et culturel est menacé par de violents changements socio-économiques qui pourraient entraîner une modification de l'utilisation des terres, et par les bouleversements liés au changement climatique.
  2. Tester des approches innovantes qui proposent des solutions réalisables au déclin de la diversité biologique et à la crise socio-économique des paysages ruraux marginaux en Méditerranée européenne. Ces solutions dépassent la logique « perverse » des subventions économiques et mettent à profit les identités éco-culturelles.
  3. Créer un réseau de sites pilotes dans lequel des solutions peuvent être testées, communiquées aux experts du développement rural et de la conservation de la nature, et ensuite utilisées pour influencer un cadre législatif plus large et des politiques clés à l’échelle locale, nationale et européenne.

Un programme, cinq paysages
Un projet pour la résilience des socio-écosystèmes
L'initiative mettra en avant les lieux suivants :

  • Espagne - le bassin hydrologique Almonte
  • Portugal - la vallée du bas Guadiana
  • Italie - la Terra dei Vestini
  • Liban - la réserve de biosphère du Chouf
  • Algérie - les steppes et montagnes arides d'El Bayadh

 


Mediterranean landscape