Un Prix pour les forêts du Madagascar et du Brésil

26 October 2010 | International news release

Le Prix d’excellence du journalisme environnemental UICN-Reuters-COMplus 2010 a été décerné à Anjali Nayar et à Juliane von Mittelstaedt pour leurs articles sur la sauvegarde des forêts au Madagascar et au Brésil.

Mme Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l’UICN, a remis les prix lors d’une cérémonie mondiale, dans le cadre de la réunion de haut niveau sur la biodiversité qui se tient actuellement à Nagoya, Japon.

« La richesse des articles présentés montre la grande diversité de beauté qu’offre le monde naturel et l’éventail de solutions qu’il fournit à certains des enjeux les plus pressants de notre temps, tels que le réchauffement climatique », a dit Julia Marton-Lefèvre. « Les journalistes qui informent sur la perte de la biodiversité et l’importance de la sauvegarde d’une planète saine pour nous tous méritent une médaille d’or pour leurs efforts. Les gouvernements devraient se mettre au diapason et compléter ces efforts, ici, lors de cette réunion cruciale à Nagoya, afin d’atteindre les objectifs de conservation requis à l’échelle de la planète, autrement même l’espoir sera confronté à l’extinction. »

Der globale Indianer, ou Using the Internet to Save the Rainforest, par Juliane von Mittelstaedt pour l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, est un article de fond sur les Surui, un peuple de la forêt humide amazonienne du Brésil. Si la tendance actuelle se poursuit, les terres des Surui, dont l’étendue est trois fois plus grande que la ville de New York, pourraient disparaître d’ici un siècle. Associant technologie et traditions, les Suruis sont déterminés à sauver leur forêt, leur culture et leur tribu en entrant sur le marché mondial des crédits-carbone.

How to save a forest, par Anjali Nayar pour Nature Magazine, examine l’impact des projets de conservation des forêts et d’échange de crédits-carbone sur une zone rurale à Madagascar, où les turbulences politiques et la pauvreté extrême ont entraîné une destruction massive des forêts depuis 60 ans. « Je suis heureuse d’avoir pu, grâce à ce prix, mettre en lumière tant les possibilités que les difficultés auxquelles sont confrontés les pays en développement lorsqu’il s’agit de sauver leurs forêts », dit Anjali Nayar, co-lauréate du Prix.

Les deux articles couronnés par le Prix ont été sélectionnés par un jury mondial parmi six articles régionaux, représentant l’Amérique Latine, l’Amérique du Nord et l’Océanie, l’Europe, l’Asie, l’Afrique anglophone et le Moyen Orient, et l’Afrique francophone. Au total, 418 articles de 81 pays ont concouru pour le prix 2010.
Créés en 1998, les Prix UICN-Reuters-COMplus ont pour but de mieux sensibiliser le public aux questions liées à l’environnement et au développement durable, en encourageant l’excellence du journalisme environnemental dans le monde entier.

Pour plus d’informations ou pour des entretiens, veuillez contacter :

Brian Thomson, Directeur relations médias UICN, +41 79 721 8326 (Suisse), +81 80 3462 3681 (Japon), brian.thomson@iucn.org
Nicki Chadwick, Relations médias UICN, +41 79 528 3486 (Suisse), + 81 80 3462 3552 (Japon), nicki.chadwick@iucn.org

Pour lire l’intégralité des articles :

Using the internet to save the rainforest
et
How to save a forest


Epiphyte of Borneo