Patrimoine naturel et culturel dans une mer d'eau douce

23 September 2011 | Fact sheet

Parc Marin National Fathom Five, Canada

Description du parc et motifs de sa création

Les aires marines nationales de conservation divisent les océans et les Grands Lacs du Canada en 29 régions marines, chacune représentant un regroupement distinct de caractéristiques physiques et biologiques. Parcs Canada protège ces écosystèmes et les gère pour que les visiteurs puissent les comprendre, les apprécier et en jouir de façon durable.

Images du parc

Une entente portant sur la création du parc marin national Fathom Five a été signée en 1987, en même temps que celle du parc national de la Péninsule Bruce voisin. Même s’il ne bénéficie pas encore de la pleine protection qu’offre la loi fédérale, le parc marin est fier d’être la première aire marine protégée, gérée par Parcs Canada. Les parcs de la Péninsule-Bruce et Fathom Five forment un réseau exceptionnel d’aires protégées, depuis la cime des arbres jusqu’au fond de l’eau.

Le parc marin national Fathom Five protège un exemple représentatif de deux régions naturelles. La composante terrestre représente la région naturelle des Basses Terres du Saint Laurent, tandis que la composante marine représente la région marine de la baie Georgienne

La région marine de la baie Georgienne fait partie des Grands Lacs laurentiens, la plus grande superficie d’eau douce du monde. La région est caractérisée par son bassin incliné vers l’ouest. À l’est, la région est caractérisée par ses îles, le plus grand nombre des Grands Lacs, et à l’ouest, par les falaises de l’escarpement du Niagara qui plongent jusqu’à 160 m dans les eaux de la baie. Le relief du fond est complexe, en raison de la présence de récifs et de hauts fonds. Les courants forts dans le chenal principal et les tempêtes fréquentes dans cette région ont fait sombrer plus d’un navire. Les eaux de la baie Georgienne font partie des plus limpides des Grands Lacs et la visibilité atteint facilement de 25 à 30 m. Cette visibilité contribue à la réputation de la collectivité de Tobermory qui s’est autoproclamée « capitale de la plongée sous marine au Canada ».

Le parc protège un riche patrimoine culturel qui comprend 27 épaves et plusieurs phares historiques. Les eaux de l’écosystème d’eau douce de Fathom Five sont parmi les plus limpides des Grands Lacs. Les îles sauvages du parc rappellent la topographie impressionnante du lit du lac sous les vagues.

Les eaux protégées des baies de ces îles abritent des poissons tels que l’achigan à petite bouche (Micropterus dolomieu), le ventre pourri (Pimephales notatus) et la perchaude (Perca flavescens). Les eaux froides en profondeur accueillent des poissons tels que le grand corégone (Coreogonus clupeaformis), le bouffi (Coreogonus hoyi) et le touladi (Salvelinus namaycush). À une époque, six espèces de ciscos de profondeur vivaient à Fathom Five, mais il n’en reste que deux maintenant.

Les îles et la péninsule sont reconnues pour la riche diversité des plantes, dont des espèces endémiques des Grands Lacs et plus de 40 espèces d’orchidées. L’île Flowerpot à Fathom Five est un excellent endroit pour voir le calypso bulbeux délicat (Calypso bulbosa) pendant la saison de floraison de la mi mai au début juin. Des études sur la biogéographie de l’île ont montré l’effet de la superficie de l’île et du potentiel de colonisation sur la diversité des espèces. Chaque île offre un amalgame unique de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens, de plantes et d’insectes.

En 1990, l’UNESCO a désigné le parc aire centrale protégée de la réserve mondiale de la biosphère de l’Escarpement du Niagara.

Année de création 1987

Superficie: 112 km2

Situation géographique:
Le parc marin national Fathom Five est un archipel situé dans la partie sud ouest de la province canadienne de l’Ontario, au large de la péninsule Bruce, dans le lac Huron. Il se trouve à environ 300 kilomètres au nord ouest de Toronto.

Type d’habitat: Récifs et hauts fonds en eaux profondes et îles boisées  

Gestion du parc
Le parc marin national Fathom Five est géré par Parcs Canada, l’organisme du gouvernement fédéral canadien responsable de la protection et de la mise en valeur d’exemples importants à l’échelle nationale du patrimoine naturel et culturel du Canada. Parcs Canada favorise chez le public la connaissance, l’appréciation et la jouissance de ces endroits, de manière à en assurer l’intégrité écologique et commémorative pour les générations d’aujourd’hui et de demain. Fondé en 1911, Parcs Canada est le premier service des parcs nationaux du monde et un chef de file mondial de la conservation.

Menaces, difficultés de gestion et mesures adoptées
Le parc marin national Fathom Five compte au moins 40 espèces non indigènes. Certaines espèces, par exemple la lamproie (Petromyzon marinus) et le gaspareau (Alosa pseudoharengus), ont considérablement modifié l’écosystème. Ces deux espèces, associées à la surpêche, ont essentiellement entraîné l’effondrement des populations de touladi (Salvelinus namaycush) dans les années 1950 et des populations de ciscos de profondeur (Coregonus johannae) du parc dans les années 1990. À la fin des années 1990, la moule quagga (Dreissena rostriformis bugensis) et le gobie à taches noires (Neogobius melanostomus) ont envahi les eaux, contribuant à déstabiliser encore plus cet écosystème vulnérable. L’envahissement de ces espèces a eu d’importantes répercussions sur l’écosystème lui même, transformant le lac en une zone benthique plutôt que pélagique en raison d’un déplacement de la distribution des nutriments et de l’énergie vers le fond du lac causé par les moules.

Faire en sorte que les écosystèmes du parc résistent à l’envahissement d’espèces et aux changements climatiques est une grande priorité de Fathom Five. La surveillance et l’identification des nouvelles espèces envahissantes fait également partie des priorités de Parcs Canada.

Parcs Canada ne participe pas directement, en ce moment, à la gestion des pêches. Étant donné que l’écosystème vit de grands bouleversements et que sa pérennité est incertaine, Fathom Five devra s’associer à des partenaires pour gérer ces ressources.

Espèces en péril
Le massasauga (Sistrurus catenatus) est une espèce en péril qui ne vit que dans une île et dans la partie continentale de Fathom Five. La destruction de l’habitat, les morts intentionnelles causées par les humains et la fragmentation sont tous des éléments qui ont contribué au déclin des populations de massasaugas.

D’autres espèces sont aussi en péril dont six poissons, un papillon, deux oiseaux, deux reptiles et une plante.  

Expérience du visiteur
Parcs Canada vise à ce que chaque aire marine nationale de conservation occupe une place de choix au cœur de la vie des Canadiens, perpétuant ainsi un attachement profond à l’essence même du pays. Les visiteurs peuvent découvrir les merveilles du parc marin national Fathom Five par diverses activités.

Fathom Five figure parmi les endroits de plongée en eau douce les plus recherchés du monde. Des visites en bateaux à fond de verre offrent aux visiteurs qui préfèrent peut être ne pas se mouiller l’occasion de voir également des épaves. Des bateaux de promenade se rendent aussi jusqu’à l’île Flowerpot où les visiteurs peuvent faire de belles randonnées et voir l’une des formations rocheuses « en forme de pot à fleurs » les plus célèbres du Canada. Le centre d’accueil de Parcs Canada est également à voir et présente des pièces de théâtre et des expositions conçues pour faire découvrir aux visiteurs les profondeurs de Fathom Five.

Preparé par Benjamin Ojoleck 29 Octobre 2010