Joyau glaciaire des Rocheuses

30 April 2012 | Fact sheet

Parc national Jasper, Canada, site du Patrimoine mondial

Contexte

Le parc national Jasper est le plus grand et le plus septentrional des cinq parcs nationaux canadiens qui représentent les montagnes Rocheuses, les autres parcs étant Yoho, Kootenay, Banff et le parc national des Lacs-Waterton. Le paysage pittoresque du parc est ponctué de glaciers, de forêts, de prairies alpines, de rivières sauvages, de larges vallées et de montagnes escarpées qui, ensemble, constituent un habitat unique abritant une grande variété de plantes et d’animaux. La plus haute montagne de l’Alberta (le mont Columbia, d’une altitude de 3747 m), de même que le réseau de drainage souterrain le plus étendu du Canada (la vallée karstique de la Maligne), se trouvent sur le territoire du parc. Ce dernier comporte également le glacier Athabasca, le glacier le plus accessible d’Amérique du Nord.

Le Plan de réseau des parcs nationaux du Canada définit 39 régions naturelles au pays et prévoit la création d’un parc national dans chacune de ces régions afin de mettre en valeur et de protéger la diversité des milieux naturels.

Créé en 1907, le parc protège un échantillon représentatif de la région naturelle des montagnes Rocheuses. Le parc national Jasper a reçu la désignation de site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984.

Le parc national Jasper est géré par Parcs Canada, l’organisme fédéral responsable de la protection et de la mise en valeur d’exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel du Canada, chargé d’en favoriser chez le public la connaissance, l'appréciation et la jouissance de manière à en assurer l'intégrité écologique et commémorative pour les générations d'aujourd'hui et de demain. Établi en 1911, Parcs Canada est le premier service de parcs nationaux du monde et s’impose aujourd’hui comme chef de file international en matière de conservation.
 

Regardez des images du parc


Dimension et location

Le parc national Jasper est situé dans la province canadienne de l’Alberta, le long de la frontière de la Colombie-Britannique. Le parc est environ à 360 km à l’ouest d’Edmonton et à 404 km au nord ouest de Calgary. Il a une superficie d’environ 10 878 km2.


Flore et Faune

Les Rocheuses canadiennes sont connues pour abriter une très grande diversité de plantes et d’animaux dans un large éventail d’écosystèmes. Les terres situées autour des Rocheuses servent d’habitat à plus de 20 000 espèces d’insectes et d’araignées, 1 300 espèces de plantes, 40 espèces de poissons, 16 espèces d’amphibiens, 277 espèces d’oiseaux et 69 espèces de mammifères, dont le mouflon d'Amérique (Ovis canadensis), l’orignal (Alces alces), le wapiti (Cervus canadensis), le cerf mulet (Odocoileus hemionus) et la chèvre de montagne (Oreamnos americanus), de même que leurs prédateurs. La vaste étendue sauvage du parc national Jasper est un des rares endroits dans la partie méridionale du Canada abritant encore une grande diversité de carnivores tels que le loup (Canis lupus), le carcajou (Gulo gulo), le grizzly (Ursus arctos horribilis), le lynx (Lynx lynx), le coyote (Canis latrans) et le couguar (Puma concolor).

Le parc national Jasper est situé sur le territoire d’un groupe de caribous des bois (Rangifer tarandus), une espèce en péril au Canada. Environ 500 caribous parcourent les montagnes Rocheuses et les terres environnantes; ce troupeau descend probablement de hardes beaucoup plus grandes qui ont existé après la dernière période glaciaire. La taille de la population a toutefois sans cesse diminué depuis les années 1950 en raison de nombreux facteurs, dont l’abattage des forêts anciennes qui constituaient son habitat et la création de routes et de profils sismiques qui ont augmenté la prédation en permettant aux prédateurs d’avoir un accès accru à l’habitat du caribou. Les troupeaux restants, qui vont et viennent à l'intérieur et à l'extérieur du parc, subissent les contrecoups de nombreux facteurs de perturbation, à tel point que leur population a été réduite à un niveau inquiétant.

Parmi les autres espèces en péril présentes dans le parc, on compte deux espèces d’oiseaux (l’engoulevent d'Amérique [Chordeiles minor] et le moucherolle à côtés olive [Contopus cooperi]), une espèce d’amphibien (le crapaud de l'Ouest [Bufo boreas]) et une espèce de mousse (la batramie de Haller [Bartramia halleriana]).

Le parc est composé de trois zones de végétation qui forment des écosystèmes distincts déterminés par l’altitude et dotés d'espèces, de communautés végétales et de milieux physiques particuliers. Le climat de chacune de ces zones est différent; les endroits dont l’altitude est élevée présentent généralement une température froide tout au long de l’année et reçoivent beaucoup de précipitations, tandis que les endroits situés à faible altitude sont plus chauds et secs.

La zone la plus basse, appelée « zone montagnarde », est caractérisée par des milieux humides, des prairies herbeuses et des forêts principalement composées de douglas taxifoliés (Pseudotsuga menziesii), de peupliers faux-trembles (Populus tremuloides), d'épinettes blanches (Picea glauca) et de pins tordus latifoliés (Pinus contorta). La zone subalpine des flancs de montagne est couverte d'une forêt de conifères généralement dense constituée de sapins subalpins (Abies lasiocarpa), d'épinettes d'Engelmann (Picea engelmannii), de pins à écorce blanche (Pinus albicaulis) et de pins tordus latifoliés. La zone la plus élevée des trois, la zone alpine, est pour sa part constituée de roche, de glace et de prairies dépourvues d’arbres. On y trouve quelques prairies qui sont recouvertes d’un épais tapis de délicates fleurs sauvages et de lichens pendant l’été.


Menaces

Des éléments internes et externes (paysage régional) contribuent aux défis écologiques auxquels le parc national Jasper doit faire face. Jasper est le deuxième parc national le plus visité au Canada, et l’un des plus grands au pays. Des menaces internes proviennent de l’usage et du développement actuel et passé du parc, ainsi que des trois corridors principaux de transport qui traversent le parc (autoroute, chemin de fer et oléoduc). Des menaces externes proviennent de l’expansion constante du développement des ressources, de l’activité récréative de la région et des conséquences du changement climatique.


Lutter contre les menaces

La protection de la santé des écosystèmes est cruciale afin que les visiteurs puissent avoir l’occasion d’expérimenter, de profiter et d’apprendre sur l’héritage naturel unique en son genre qu’offre le parc national Jasper.

Le plan directeur approuvé pour le parc national Jasper (mis à jour en 2010) indique que les priorités en matière de gestion des écosystèmes sont les suivants: la santé de la végétation, les déplacements de la faune, la connectivité des milieux aquatiques et les parcelles perturbées. Le caribou et le grizzli revêtent un intérêt spécial du point de vue de la gestion, et ils représentent aussi un important symbole des grandes étendues sauvages. Afin de s’occuper de ces priorités, Parcs Canada, en collaboration avec plusieurs partenaires, travaille activement à :

  • Aider le public à mieux comprendre l’intégrité écologique et la gestion des écosystèmes par des programmes de communications et des possibilités d’apprentissage pratique;
  • Avec la participation du public et des Autochtones, remettre en état des écosystèmes altérés;
  • Diriger des travaux ou y participer afin d’élaborer des programmes de rétablissement pour deux espèces en péril – le caribou des bois et la bartramie de Haller;
  • Améliorer les possibilités offertes aux visiteurs d’observer la faune et de se renseigner à son sujet tout en réduisant les risques d’accoutumance, de perturbation et de conflits humains-animaux sauvages;
  • Préserver ou accroître la sûreté de l’habitat du grizzli dans le parc et participer aux recherches régionales sur le grizzli, ainsi qu’aux initiatives en gestion;
  • Utiliser le feu pour préserver et rétablir la végétation dans la gamme de variabilité naturelle;
  • Avec le concours du public, élaborer des stratégies destinées à réduire l’effectif de la population de wapitis;
  • Éliminer les espèces non indigènes ou en contrôler la propagation;
  • Conserver les limites établies pour la croissance et l’aménagement tel que décrit dans le plan directeur;
  • Utiliser le zonage à titre d’outil efficace pour gérer l’usage du parc, zonage selon lequel plus de 97% de la superficie du parc national Jasper est gérée en tant que réserve intégrale; et
  • Travailler avec les collectivités autochtones ayant des associations historiques avérées avec le parc afin d’intégrer leurs perspectives et leurs connaissances dans la gestion du parc.

Tous les détails des actions de gestion visant à réduire les défis liés au maintien de l’intégrité écologique se trouvent dans le Plan directeur du parc, qui peut être consulté sur le site Internet de Parcs Canada.

Expérience du visiteur

Parcs Canada s’est engagé à faire de chaque parc national un endroit précieux qui occupe une place de choix dans le cœur de tous les Canadiens, perpétuant ainsi un attachement profond à l’essence même du Canada. Jasper est le « géant doux » des Rocheuses, offrant aux visiteurs la possibilité d’assouvir leur désir d’aventure, de découverte ou de relaxation dans un majestueux milieu montagneux.

Suivez les traces des premiers voyageurs le long de la promenade des Glaciers, l’une des plus belles routes panoramiques au monde. Il existe de nombreuses façons de découvrir le paysage montagneux de Jasper; les activités telles que la descente en eaux vives, la randonnée pédestre, le vélo, le ski, le camping et l’équitation en sont quelques unes.

Réputée pour son décor naturel, la ville de Jasper, située en plein cœur du parc, offre des restaurants cinq étoiles, des spas, des magasins et un terrain de golf de renommée internationale.