IUCN - Un projet pour renforcer la gestion de la pêche artisanale côtière en Guinée Bissau

Un projet pour renforcer la gestion de la pêche artisanale côtière en Guinée Bissau

03 November 2009 | News story

Sur la sollicitation du Ministère des Pêches, l’UICN a initié en Guinée Bissau, avec l’appui technique du MACO, la formulation d’un projet très novateur. Il vise la mise en place, dans les trois principales rias du pays, de réserves de pêches cogérées dont l’accès bénéficierait de façon privilégiée aux pêcheurs nationaux.

L’objectif est de limiter les pressions dans les zones de régénération des stocks de poissons, notamment issues des pêcheries allochtones et migrantes, d’étudier comment les anciennes notions de terroirs de pêche et les règles d’accès associées peuvent être revisités et intégrés dans le droit moderne, et, enfin, pour renforcer la sécurité alimentaire au profit des communautés littorales. Sur le plan de la gestion des ressources, ces réserves fonctionneraient en lien avec les aires côtières et marines protégées existantes (Parc National des Mangroves du rio Cacheu, Parc National de la lagune de Cufada, Parc National des Forêts de Cantanhez) et viendraient compléter le dispositif existant de conservation de la biodiversité et de protection de certaines zones de reproduction et de nurserie. Les sites protégés favorisent déjà le renouvellement des stocks d’espèces phares pour la pêche artisanale comme le barracuda, le capitaine plexiglas et la sardinelle ronde, ainsi que les crevettes côtières (Penaeus notialis et Penaeus kerathurus), exploitées sur le plateau par la pêche industrielle étrangère sous licence.

Lors d’une réunion de restitution de la mission d’identification, tenue au Ministère des pêches le 25 septembre 2009, à laquelle participaient les représentants des différentes directions du ministère, de l’Institut pour la Biodiversité et des Aires Protégées, des organisations socioprofessionnelles de pêcheurs artisanaux et de plusieurs ONG nationales, le Directeur Général de la Pêche Artisanale, Mr Cirilo Vieira, a demandé aux différentes institutions et organisations représentées de collaborer au développement du projet, reconnaissant que la situation de la pêche en Guinée Bissau réclamait la conciliation d’objectifs de conservation et de développement et le renforcement des collaborations entre les institutions nationales et les organisations de la société civile.