Apiculture comme vecteur pour la conscientisation environnementale

21 December 2011 | News story

GARARNI - ONG a identifié des chasseurs de miel pour les initier en techniques d’apiculture moderne et à la fabrication de la ruche à rayons fixes en tôle afin de réduire les pressions exercées sur les ressources naturelles.

Orou Boko KINTA était un producteur de coton deux fois lauréat. Très tôt, il a compris qu'il devait entreprendre une activité alternative pour subvenir aux besoins de ses deux épouses et 13 enfants dont 5 garçons et 8 filles. Et depuis ce moment, il s'est donné entièrement aux cultures pérennes et à l'apiculture.

« Nous, paysans de Sinendé étions conscients que la culture extensive du coton mettait en danger nos terres. Mais nous étions obligés de continuer car c’était la seule culture qui nous rapportait autant d’argent en une seule fois. Et comme les abeilles me donnent aujourd’hui au moins la moitié de ce que je gagnais avec le coton, j’ai laissé le coton et je plante les arbres pour nourrir mes abeilles, c’est plus facile », affirme Orou Boko.

Autre fois, les populations riveraines des forets classées de Ouénou –Bouénou et de l’Alibori Supérieur s’adonnaient à la chasse au miel partout dans celles-ci et galeries forestières pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Pour recueillir le miel, elles coupaient les gros arbres qui servent de gîtes aux abeilles, brûlaient les abeilles et incendiaient les forêts, contribuant ainsi à la déforestation. Pour remédier à cela, GARARNI - ONG a identifié des chasseurs de miel de la commune de Sinendé pour les initier en techniques d’apiculture moderne et à la fabrication de la ruche à rayons fixes en tôle afin de réduire les pressions exercées sur les ressources naturelles. Avec le financement du PMF/FEM - PNUD, ils ont bénéficié chacun d’un kit d’équipements apicoles constitué d’enfumoirs, de ruchettes, de ruches kenyanes en bétons, de paires de bottes et de gants, de lève cadres et des équipements collectifs constitués de moule à ruche kenyane d’égouttoirs, de tamis, de brouettes, de pelles, d’arrosoirs, etc.

Par ailleurs, l’ONG a aidé les Chasseurs de miel d’hier, aujourd’hui apiculteurs modernes à planter des hectares de Gméllina arborea, de Khaya senegalensis, et d’autres fruitiers (des plantes dont les abeilles butinent les fleurs) dans leurs exploitations familiales. Une pépinière est implantée dans chacune des localités des bénéficiaires du programme ce qui a permis de mettre en terre 68275 plants pour le compte de la campagne de reboisement 2011. Sur les quatorze (14) sites apicoles existent vaste chacun de 5 ha, il y a le site apicole de la localité de Monsieur Orou Boko KINTA qui a une superficie de 42 hectares. Ce site est implanté à Gnaro toujours dans la Commune de Sinendé en république du Bénin.

Nous pouvons déduire que le résultat de notre stratégie est que, GARARNI-ONG est parvenue à transformer des chasseurs de miel en Apiculteurs Planteurs d’arbres méllifères. Et comme ils ont commencé par gagner de l’argent à partir des produits de la ruche, ils sont devenus naturellement les défenseurs privilégiés de l’environnement et de l’abeille pollinisatrice de leurs plantations.
Pour pérenniser les acquis de ce projet, GARARNI ONG envisage de poursuivre les sensibilisations des populations riveraines des sites déjà identifiés en leur indiquant l’avantage des abeilles insectes pollinisateurs des cultures et fruitiers et l’avantage des arbres dans une région etc..

Aujourd’hui, des démarches sont entrain d’être menées à l’endroit du Conseil Communal de Sinendé afin qu’il prenne un arrêté pour sécuriser tous les quatorze sites apicoles du projet.

Contact: MOUMOUNI Abdoulaye Directeur Exécutif de GARARNI–ONG et membre du CEC, gararniong@hotmail.fr  ou apadhoney@yahoo.fr