Tournée de sensibilisation pour l’appropriation des lignes directrices de la CEDEAO pour le développement d’infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest

20 December 2013 | News story
0 ComentariosEscribir comentario

En décembre 2011, la CEDEAO a validé les lignes directrices sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest. En attendant l’adoption d’une Directive Cadre qui en découlera, et pour en favoriser l’application sur le terrain dès à présent, le Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE) de la CEDEAO et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) lancent une tournée régionale de promotion de bonnes pratiques pour l’appropriation de ces lignes directrices par les acteurs nationaux.

Dans le cadre du dialogue régional sur les grandes infrastructures du secteur de l’eau dans l’espace CEDEAO et de l’Initiative pour la réduction de la pauvreté et la gestion de l’environnement (PREMI) de l’UICN, le Comité Technique des Experts du secteur de l’eau de la CEDEAO a validé en décembre 2011 les lignes directrices sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest, obtenues suite au travail d’un panel d’experts indépendants et à des ateliers de concertation dans les bassins et au niveau de la région avec les États, les organismes de bassin et la société civile. Ces lignes directrices sont composées de 6 axes, 25 recommandations et 77 mesures, présentées sous forme de principes.

Le processus de dialogue sur les grandes infrastructures hydrauliques a pour le moment été proposé au niveau des grands bassins versants de la région ouest-africaine. Aujourd’hui, le principe de cette concertation (au niveau régional) ainsi que les recommandations qui en découlent, nécessitent une dissémination et une appropriation par les différents acteurs du niveau national des pays de la CEDEAO.

C’est dans ce cadre que le CCRE de la CEDEAO et l’UICN, avec l’appui financier de l’Agence suédoise de développement international (ASDI) ont démarrée une tournée de sensibilisation sur ces lignes directrices.

Premier arrêt : Conakry
Cette tournée a démarrée en Guinée, à Conakry, où, les 12 et 13 décembre s’est tenu un atelier national organisé en collaboration avec le Ministère d’État chargé de l’Énergie et l’ONG Eau Vive. Cet atelier a réuni autour du point focal du CCRE en Guinée, une quarantaine de participants représentant: des communautés riveraines des sites de réservoirs ou de projets de réservoirs (responsables coutumiers, élus locaux, communautés déplacées et/ou réinstallées) ; l’État et les collectivités locales ; les organisations de la société civile ; la coordination nationale du processus GIRE; des projets et programmes ; les médias ; les partenaires techniques et financiers (PTF) ; les centres de recherche / universités ; les organismes de bassin.

L’atelier a permis d’aborder largement les enjeux liés à la construction des grands ouvrages hydrauliques, et notamment les aspects environnementaux et sociaux à prendre en compte dès les premières étapes des projets.. Parmi les recommandations faites par les participants, il est important de souligner : (i) le souhait que les différentes parties prenantes concernées par la réalisation des grandes infrastructures hydrauliques (État, société civile, populations affectées par les projets/PAP, organismes de bassin, PTF), dans leurs rôles respectifs, mènent un plaidoyer au niveau des structures de l’État et de ses démembrements pour une prise en compte effective des lignes directrices de la CEDEAO et de la directive cadre à venir, dans la réalisation des projets et plus globalement lors de la révision du document de stratégie de réduction de la pauvreté en Guinée (DSRP); (ii) la nécessité d’opérationnaliser les lignes directrices de la CEDEAO dans une approche GIRE autour des barrages dans les bassins, à travers une collaboration active avec les organismes de bassin. (Télécharger le communiqué final de l'atelier Guinéen)

Deuxième arrêt : Ouagadougou
La deuxième étape de la tournée régionale a eu lieu au Burkina Faso, à Ouagadougou, où les 16 et 17 décembre a eu lieu un atelier national dans le même format. Les différentes catégories d’acteurs étaient représentées et ont également souligné l’importance de l’opérationnalisation des lignes directrices dans la mise en œuvre des projets afin d’accompagner au mieux les populations affectées par les projets dans les phases de compensation, déplacement, réinstallation et développement local. D’une manière générale, les participants ont unanimement reconnu les différents niveaux de responsabilité pour la mise en œuvre de ces recommandations : la volonté politique de la part des décideurs (ministres), l’appui technique et financier des projets, et l’implication active et la contribution des collectivités et PAP dans les prises de décision. Ils ont aussi, comme en Guinée, rappelé la nécessité d’opérationnaliser les lignes directrices de la CEDEAO dans une approche de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) autour des barrages dans les bassins au Burkina Faso, à travers une collaboration active avec les agences nationales de l’eau et les organismes de bassin.

Les participants ont cependant remarqué que l’application stricte des recommandations de la CEDEAO pourraient être un frein au développement des programmes étant données les implications financières que celles-ci nécessitent et le risque d’allonger les délais. (Télécharger le communiqué final de l'atelier Burkinabè)

Prochaines étapes
La tournée de sensibilisation devrait se poursuivre en 2014 à travers d’autres pays de la CEDEAO, et avec l’appui du futur Partenariat pour l’Amélioration de la Gouvernance de l’Eau (PAGE) de l’UICN.

Pour plus d’informations vous pouvez contacter : Jérôme Koundouno, Coordinateur régional GWI Afrique de l’Ouest


Comentarios

0 Comentarios
Escribir comentario

600 CHARACTERS LEFT

captcha