Les aires protégées d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique dopées par un investissement de 60 millions d’euro

Gland, Suisse, 28 novembre 2017. L’Union européenne (UE) et le Groupe de pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) investissent 60 millions € dans le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA) pour les six prochaines années - ce qui fait du BIOPAMA l’un des plus importants programmes européens en faveur de la biodiversité. Le programme est mis en œuvre par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne.

Matareva, Upolu Island, Samoa Photo: Stuart Chape

Le programme BIOPAMA, qui a commencé en 2011, fournit des données de haute qualité sur le statut des aires protégées, le braconnage, l’exploitation illégale du bois et de nombreux autres sujets dans les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique. Grâce à ces données, le programme aide à prioriser les interventions et investissements immédiats dans les aires protégées, là où ils sont le plus nécessaire.

« Des données de haute qualité sont indispensables pour une planification et une prise de décision efficaces dans le domaine de la conservation » affirme la Directrice générale de l’UICN, Inger Andersen. « Cette contribution généreuse fournira les données nécessaires pour mieux gérer les aires protégées, afin qu’elles continuent à offrir des bénéfices essentiels à la vie aux peuples du monde entier. L’UICN se réjouit par avance de travailler avec les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique afin de les aider à conserver leur biodiversité unique, à soutenir leurs moyens d'existence et à atteindre un développement durable. »

Cet engagement renouvelé souligne l’importance des plus de 9000 aires protégées marines et terrestres hébergées dans les pays ACP, qui protègent les espèces et écosystèmes et sous-tendent le bien-être de plus de trois milliards de personnes.

« Le Centre commun de recherche de la Commission européenne est heureux de continuer son partenariat avec l’UICN et de travailler avec le BIOPAMA, et est honoré de cette occasion d’approfondir son travail pour soutenir les besoins prioritaires du groupe de pays ACP, ainsi que la coopération internationale et les politiques de développement européennes » déclare Alan Belward, Responsable des connaissances à l’unité Développement durable et Sécurité alimentaire du Centre commun de recherche de la Commission européenne. « Le BIOPAMA souligne le lien entre les peuples et la nature. La biodiversité fait face à des menaces mondiales, mais celles-ci peuvent être abordées correctement en mettant en œuvre un développement durable dans le cadre des efforts pour conserver les écosystèmes. L’information est cruciale pour comprendre ces relations et prendre de bonnes décisions - le CCR-CE appliquera toute l’étendue de son expertise et expérience reconnues pour fournir des données de haute qualité, solides, et des produits de connaissance en soutien. »

Une nouvelle composante du Programme, financé par le 11e Fonds européen de développement, est le financement de projets dirigés par des communautés locales, ONG et autres acteurs essentiels, qui leur permettent d’accroître leurs moyens d'existence par le biais de l’utilisation durable des ressources dans les aires protégées.

« Les aires protégées sont un élément essentiel du développement durable, et bénéficient aux communautés locales et rurales » souligne Stefano Manservisi, Directeur général du Département Coopération internationale et développement de la Commission européenne. « Elles sont à la base des activités économiques comme le tourisme, et elles garantissent des services de base comme l’approvisionnement en eau. Lorsqu’elles sont gérées efficacement, elles améliorent la gouvernance locale et soutiennent la stabilité de vastes territoires. C’est pour cela que le succès continu du programme BIOPAMA est absolument crucial. »

Le programme BIOPAMA a apporté des améliorations significatives dans l’accès aux données et aux informations, et a renforcé les capacités dans la gestion des aires protégées. Plus de 2000 employés d’aires protégées, ONG, universités et gouvernements ont été soutenus par le BIOPAMA entre 2012 et 2017, pour répondre à des besoins spécifiques régionaux ou communautaires. Quatre centres régionaux de ressources pour la prise de décision ont été créés. Ils soutiennent la collecte de données, l’analyse, le suivi et l’établissement de rapports, et développent les capacités du personnel et des organisations afin de gérer correctement cette information.

« La protection et la gestion durable de la biodiversité dans les pays ACP requiert une approche exhaustive qui va au-delà de la seule création d’aires protégées » déclare Patrick I. Gomes, Secrétaire général du Groupe ACP. « C’est dans ce contexte que le Groupe de pays ACP soutient le programme BIOPAMA, qui contribue non seulement à la protection de la biodiversité terrestre et marine, mais cherche à fournir des données et informations pertinentes aux décisionnaires de tous niveaux, afin d’améliorer la conservation de la biodiversité dans les pays ACP. »

Go to top