De nouveaux partenaires pour la conservation de la biodiversité du complexe WAP

08 April 2014 | News story

Les élus des communes et les organisations de la société civile de la périphérie du complexe WAP s’engagent pour la conservation de la biodiversité du complexe des parcs nationaux du W, de l’Arly et de la Pendjari (WAP) à travers le projet « Amélioration de la gestion territoriale communale et intercommunale des ressources naturelles dans les communes riveraines du complexe WAP » le dont le lancement a eu lieu le 1er avril 2014 à Niamey.

Le projet fait partie de la composante 3 du Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente  soutenu par l’Union européenne, l’UEMOA et les États du Bénin, du Burkina Faso et du Niger. Il est co-financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’UICN en partenariat avec l’ONG nigérienne Aménagement des Terres et Protection des Forêts (ATPF) et l’Association Faune et Développement au Burkina (AFAUDEB) pour soutenir sept communes de l’Est du Burkina Faso et de l’Ouest du Niger dans leurs efforts de planification territoriale communale ou intercommunale dans l’optique d’une meilleure gestion et valorisation des ressources naturelles. Le projet soutiendra également les communes périphériques du W et de la Pendjari au Bénin à travers leurs intercommunalités. Cette coalition d’acteurs s’est engagée  au côté des gestionnaires des AP  de l’ensemble de la zone périphérique des parcs nationaux de la zone WAP en vue de réduire les pressions dans les aires protégées du complexe WAP et accroitre les bénéfices issus de la valorisation de la biodiversité au profit des communautés périphériques. L’importance d’une telle démarche et son intérêt pour les AP du complexe ont été soulignés par le Ministre de l’environnement du Niger qui a déclaré dans son discours de lancement que « Les seules Aires Protégées de l’État et leur gestion par lui seul ne sauraient freiner la dégradation du couvert végétal et partant l’ensemble des êtres qui y vivent ».

Les Collectivités du Bénin, du Burkina et du Niger, qui vont travailler dans le cadre de ce projet avec leurs populations sur les questions de gestion durable des ressources naturelles, les ONG et les associations locales et les services décentralisés devront, d’ici la fin du projet, voir leurs capacités techniques renforcées et être capables de développer de nouveaux partenariats aussi bien dans la conservation que dans le développement de manière générale.

En prenant part aux efforts de gestion durable et de valorisation des ressources naturelles, les collectivités et les Organisations de la Société Civile espèrent être reconnues comme des partenaires à part entière dans la dynamique régionale de gestion du complexe WAP.

Pour plus d'information, contacter lacine.kone@iucn.org