Les forêts figurent parmi les écosystèmes les plus importants de la région méditerranéenne, tant pour leur haute biodiversité que pour les services environnementaux qu’elles offrent. Les changements rapides et brusques au niveau de l’affectation des terres (principalement dus à une mauvaise gestion et à une surexploitation des ressources naturelles), les pressions liées au développement, la dégradation et la destruction des habitats naturels ainsi que la pollution sont quelques uns des principaux facteurs exerçant un impact néfaste sur les forêts méditerranéennes et étant responsables de leur subséquente dégradation. Si l'on ajoute le changement climatique à ces facteurs, accompagné de vagues de chaleur, de pluies torrentielles, de sécheresse et de vents violents, la résilience et la capacité d’adaptation des forêts sont épuisées.

Les incendies de forêts à grande échelle comptent parmi les impacts les plus directs et les plus imminents du changement climatique sur les forêts méditerranéennes. Les effets du changement climatique, combinés aux changements en matière d’utilisation des sols et à la gestion inadaptée des forêts, contribuent à accroître encore davantage la fréquence, l’intensité et l’étendue des incendies forestiers. Cette tendance a particulièrement été observée sur la rive nord de la Méditerranée (par exemple, au Portugal, dans le sud de la France, en Espagne, en Italie et en Grèce) au cours des deux dernières décennies. Si elle venait à s'étendre aux régions méridionales, les conséquences sur les écosystèmes forestiers de l'ensemble du bassin méditerranéen seraient catastrophiques.

Le changement climatique figure parmi les plus hautes priorités des gouvernements régionaux, institutions de recherche et organisations internationales opérant dans la région. L’UICN et d’autres spécialistes de la conservation se sont engagés à travailler activement dans le domaine lié aux forêts et au changement climatique. Ces travaux incluent, entre autres, le développement et la mise en œuvre de stratégies d’adaptation afin de palier les incertitudes générées par le changement climatique et de renforcer la résilience écologique et sociale.