Libellules du bassin méditerranéen

Un cinquième des espèces de libellules et de demoiselles du bassin méditerranéen est menacé d'extinction. La rareté croissante de l'eau, le changement climatique et la dégradation des habitats sont les principaux éléments déclencheurs de la dégradation de leurs habitats d’eau douce.

Résultats

Parmi les 163 espèces de libellules et demoiselles évaluées, 14 % sont endémiques à la région méditerranéenne. Ce chiffre souligne l'importance pour les pays méditerranéens de protéger la richesse naturelle de cette espèce.

Près d'un cinquième (19 %) des espèces évaluées est menacé d'extinction (3 % sont En danger critique d'extinction, 8 % En danger et 8 % Vulnérables). Par ailleurs, 16 % des espèces sont Quasi menacées et 4 % (soit 6 espèces) sont listées dans la Catégorie Données insuffisantes en raison d’un manque d'informations nécessaires à l'évaluation de leur statut, mais celles-ci pourraient également être menacées.

Résumé du statut de conservation de l’ensemble des espèces de libellules du bassin méditerranéen

Répartition géographique

Les libellules menacées sont réparties sur l’ensemble de la région méditerranéenne. Néanmoins, certaines zones se distinguent par une concentration relativement élevée d’espèces menacées, à savoir le sud des Balkans, le nord-est de l’Algérie et le Levant, plus précisément au niveau des parties adjacentes de la Turquie méridionale.

Le Maghreb et le Levant comptent un nombre élevé d’espèces endémiques, tandis que le sud des Balkans, la Crète et la Méditerranée occidentale affichent un taux d’endémisme faible.

Répartition géographique des espèces de libellules du bassin méditerranéen (map)

Principales menaces

La dégradation de l'habitat et la pollution de l'eau dues à l'activité anthropique concernent aujourd'hui 97 % des 31 espèces menacées. En troisième position se trouvent les catastrophes naturelles comme, par exemple, la disparition des habitats de reproduction en raison de la sécheresse. Celles-ci affectent actuellement 75 des espèces du bassin méditerranéen.

Le déclin de la population de Sympétrum à corps déprimé Sympetrum depressiculum s’explique principalement par la dégradation de l'habitat due à l'intensification des pratiques agricoles. Cette espèce autrefois très répandue dans la région méditerranéenne est aujourd'hui Vulnérable selon la Liste rouge de l'UICN.

Priorités en matière de conservation

Il est nécessaire de mettre en place des actions coordonnées à long terme aux niveaux régional, national et international. Les résultats de ce rapport soulignent la responsabilité des pays méditerranéens dans la protection des populations mondiales. Bien que certaines espèces reçoivent déjà une attention particulière, grâce au droit international, pour assurer leur conservation (comme par exemple l'Agrion orné Coenagrion ornatum qui figure dans la Directive européenne relative à la conservation des habitats naturels), d'autres ne sont pas protégées du tout malgré leur haut risque d'extinction.

The ornate bluet (Coenagrion ornatum). Near Threatened in the Mediterranean