Congo Brazzaville : Le projet multi-acteurs sur la REDD+ lancé

03 December 2012 | Article

Sous l’égide du Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable du Congo, l’UICN a organisé l’atelier de lancement des activités du projet « Appui à la participation multi-acteurs au processus REDD+ au Congo » à Brazzaville le 17 novembre 2012 dans la salle de Conférence dudit Ministère.

Près de cinquante participants y ont pris part à savoir les représentants de la Présidence de la République, du Conseil Economique et Social, des administrations impliquées dans la gestion des ressources naturelles, de la COMIFAC, de la CEFDHAC, des peuples autochtones et des organisations locales de la société civile.

Cet atelier avait pour objectifs de procéder au lancement de ce projet au Congo et ensuite d’informer et sensibiliser les acteurs sur le processus REDD+, ses enjeux, ses défis et opportunités pour le Congo. En effet, l’un des défis majeurs de ce mécanisme dans ce pays reste l’implication de toutes les couches sociales, notamment les populations autochtones et locales, ainsi que les femmes qui sont parmi les plus dépendantes des ressources naturelles et les plus vulnérables face aux effets du changement climatique.

A l’issue de cet atelier et des échanges très riches qui ont eu lieu, des préoccupations suivantes étaient ressorties :

  • la nécessité de faire aboutir en urgence le décret créant et organisant les plateformes à mettre en place dans le cadre du processus REDD+
  • la nécessité de finaliser le montage institutionnel de la structure devant mettre en œuvre le processus REDD+ par la coordination nationale REDD+,
  • l’intérêt pour l’UICN d’améliorer les capacités de la société civile, des populations autochtones et des femmes, en vue de renforcer leur participation et leur implication active dans le processus REDD+ ;
  • l’obligation la nécessité d’accompagner l’administration forestière dans la révision des cadres politiques et légaux en matière de gestion des ressources forestières et fauniques et ceci dans la perspective REDD+.

Suite à ces préoccupations, les participants ont formulé les recommandations aux différentes parties suivantes :

Au  Gouvernement

  • Prendre des dispositions pour accélérer la formalisation des plateformes de la REDD prévu pour le processus REDD+ ; 
  • Finaliser le processus d’organisation institutionnelle de la coordination REDD ;
  • Mettre en place un cadre d’échange et d’information qui intègre les processus APV/FLEGT et REDD+.

A l’UICN

  • Renforcer les capacités des acteurs en tenant compte de leurs spécificités dans le processus REDD ;
  • Former les leaders des populations autochtones afin qu’ils puissent véhiculer l’information sur le processus REDD+ au sein de leur communauté, dans leur propre langue ;
  • Faciliter la structuration et l’animation des plateformes multi-acteurs, y compris celles des femmes et des peuples autochtones pour accompagner le processus REDD+ ;
  • Appuyer les actions de communication et de sensibilisation, notamment au niveau des populations vulnérables et des actions pilotes REDD+ au bénéfice de ces populations ;
  • Contribuer à la réflexion en cours sur la révision du cadre législatif et réglementaire en matière de gestion des ressources naturelles, et notamment sur la prise en compte des droits des peuples autochtones et des femmes ;
  • Contribuer à la mobilisation des ressources financières supplémentaires pour combler le gap dans le cadre du budget du R-PP.

Au Gouvernement et à l’UICN

  • Créer, développer et améliorer les moyens de communication, de sensibilisation et d’information (type et qualité des supports de diffusion et autres) ;
  • Soutenir et faire aboutir les réflexions sur les mécanismes de partage des bénéfices liés à la vente de carbone dans le cadre du processus REDD.

Pour plus d'infos : remi.jiagho@iucn.org; nganga_innocent@yahoo.com


Image des 4 éléments de la nature