Les experts se réunissent autour de la question des activités extractives au Cameroun et dans la Plaine de Waza Logone en particulier

06 January 2014 | Article

Du 26 au 29 novembre 2013, s’est tenue à Maroua dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun, et sous la Présidence du Gouverneur de la région, la Réunion des Experts sur la problématique des activités extractives au Cameroun avec un focus sur le cas de l’exploration et l’exploitation pétrolières dans la Plaine d’Inondation de Waza Logone.

La réunion avait pour but de bâtir un cadre de concertation multi acteurs, de dialogue politique sur la problématique des activités extractives au Cameroun, et particulièrement dans la plaine d’inondation du fleuve Logone.

Il s’agissait spécifiquement de :

  • vulgariser et partager les bonnes pratiques sur la conduite des activités extractives ;
  • élaborer une stratégie de plaidoyer pour une meilleure conduite des activités extractives au Cameroun ;
  • partager les expériences d’autres régions ;
  • renforcer la collaboration par des échanges sur les mécanismes d’information/consultation/participation du public à la conduite des activités extractives (l’octroi des permis, la surveillance de la conformité légale environnementale et sociale et de l'exécution des activités/PGES, etc.) ;
  • jeter les bases pour une collaboration inter sectorielle, multi acteurs et pour la mise en place d’une plate forme de concertation et de dialogue entre les parties prenantes sur les activités extractives ;
  • échanger avec YCLDC (entreprise chinoise) sur le respect des législations et l’adoption des meilleures pratiques au-delà des exigences légales.

Y ont pris part, (i) les représentants des services centraux et régionaux des ministères sectoriels (dont les Mines, l’environnement et la protection de la nature, les forêts et la faune, le plan et l’aménagement du territoire, le cadastre et les affaires foncières, les pêches et le développement rural) ; (ii) les Sociétés Nationales travaillant sur cette question (dont la Société Nationale d’Hydrocarbure) ; (iii) les Conservateurs des parcs nationaux de Waza, Bouba Ndjidda et de Kalamaloué ;  (iv) les maires des communes de Logone Birni et de Zina ; (v) les partenaires au développement et de la conservation tel que l’UICN, WWF, UNESCO etc. ; (vi) les institutions de formations universitaires (dont l’Institut Supérieur du Sahel et l’Ecole de Faune de Garoua) ; (vii) les Entreprises du secteur extractif (YCLDC et GEOVIC) ; (viii) les responsables des Organisations nationales et locales d’appui au développement et à la conservation (dont ACEEN, CARPA, CED), , (ix) les autorités traditionnelles (x) les représentants des Médias, (xi) les responsables des Projets et Programmes de conservation et les organisations confessionnelles et religieuses dont le CDD, le Service National Justice et Paix et le CAVT.

Le Cameroun comme bon nombre de pays du Bassin du Congo, entend s’appuyer sur les ressources naturelles, particulièrement celles de son sous sol pour construire son émergence. Cependant, l’exploitation de celles-ci entraîne des conséquences sur le plan économique, social et environnemental et l’activité requiert par conséquent le respect et la mise en œuvre d’un minimum de mesures et standards nationaux et internationaux, ainsi que l’adoption des meilleures pratiques dans le domaine.

L’importance de la Plaine d’Inondation de Waza Logone et les potentiels impacts négatifs que l’exploitation pétrolière pourrait avoir sur ses fonctions écologiques et par conséquent sur les populations qui y vivent, a motivé les parties prenantes à la gestion durable, dont l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), l’Association Camerounaise pour l’Education Environnementale (ACEEN) et l’Institut Supérieur du Sahel (ISS), à organiser cette rencontre. Elle s’est tenue avec l’appui financier du Comité néerlandais de l’UICN, de l’UICN (Accord Cadre avec la France, et Programme Cameroun) et de WWF.

Au terme des travaux, il a été relevé entre autres la nécessité de mettre en place un cadre de collaboration entre les parties prenantes à l’échelle de la Plaine, l’adoption de bonnes pratiques sur les industries extractives et la mise en place d’un mécanisme de concertation au niveau cantonale, communal et régional.
Au niveau national, des recommandations ont été formulées ciblant différents acteurs concernés aux différentes échelles, et parmi ces recommandations, la mise en place d’un comité d’experts indépendants pour la révision des études d’impacts a été l’une des plus marquantes.

Pour l’UICN, cette réunion a permis d’établir les bases d’un programme sous-régional sur la thématique des industries extractives avec d’ores et déjà les premières activités identifiées.

La réunion s’est achevée par une visite de terrain dans la Plaine d’Inondation de Waza Logone pour toucher du doigt les réalités locales et échanger avec les populations sur la question.


Image des 4 éléments de la nature