S’appuyer sur l’expérience de la Kompienga pour améliorer la gouvernance autour des réservoirs au Burkina Faso

26 November 2012 | News story
0 CommentairesWrite a comment

A Fada N’Gourma au Burkina Faso s’est tenu du 08 au 09 octobre 2012 l’atelier bilan des activités mises en œuvre autour du barrage de la Kompienga dans le cadre de la Global Water Initiative (GWI). Organisée par l’UICN, cette rencontre a permis de capitaliser 3 années de mise en œuvre du projet GWI avec les parties prenantes locales et de partager les acquis et bonnes pratiques enregistrés depuis 2009, dans le but de les valoriser au niveau national. Les travaux ont réuni de nombreux participants : les membres du comité de gestion du PHIE (Périmètre Hydraulique d’Intérêt Économique), les autorités administratives, les maires, les représentants des ministères, de la SONABEL, des OSC, et des acteurs d’autres sites de barrage comme Bagré et Moussodougou.

Les recommandations élaborées au cours de cet atelier de Fada N’Gourma contribueront à alimenter la réflexion dans le but d’élargir la concertation au niveau national pour améliorer la gouvernance au niveau d’autres sites du Burkina Faso à travers leur prise en compte dans les diverses politiques et stratégies du secteur de l’eau.

Ces recommandations ont insisté sur la nécessité de vulgariser les textes relatifs à la gouvernance autour des réservoirs de barrage au Burkina Faso ; le besoin de capitaliser les acquis de Kompienga en lien avec les études GWI sur l’état des lieux autour de Bagré et Moussodougou (réalisée en 2010) pour préparer la bonne gouvernance autour des projets de barrage en construction ; et l’utilité de mettre en place des mécanismes de financement durable des actions de concertation initiées par la GWI pour appuyer le comité de gestion du PHIE de Kompienga. Les participants ont aussi conseillé l’installation d’une radio communautaire dans le but de valoriser l’intercommunalité.

Quatre communications présentées au préalable ont posé le cadre des réflexions. Elles ont d’abord rappelé les objectifs et les étapes du projet GWI à la Kompienga, suivi des résultats préliminaires de l’étude sur le paiement des services éco systémiques, des principaux acquis de la GWI au niveau régional, et enfin des aspects juridiques de la gouvernance des réservoirs de barrages à l’échelle de la CEDEAO.

Le programme de la Global Water Initiative (GWI), financé par la Fondation Howard G. Buffett, cherche à relever le défi que représente la fourniture durable d’un accès à l’eau salubre et à l’assainissement, ainsi que la protection et la gestion des services des écosystèmes et des bassins hydrographiques, au profit des populations les plus pauvres et les plus vulnérables qui dépendent de ces services.

La composante Barrages sur le thème «Utilisations multiples et partage des bénéfices des réservoirs de barrage en Afrique de l’Ouest» a pour mission de rassembler et d’encourager les acteurs autour des réservoirs à discuter et à s’accorder sur les structures et mécanismes de gouvernance qui assurent la disponibilité et le partage équitable des bénéfices aux différents utilisateurs.

Suite à l’état des lieux autour des barrages de la Kompienga, Bagré et Moussodougou, sanctionné par un atelier national à Ouagadougou en 2010, l’initiative GWI a donc proposé son appui pour accompagner les acteurs de la gestion du réservoir de la Kompienga en vue d’améliorer les pratiques existantes de partage des bénéfices et, dans la mesure du possible, atténuer les effets négatifs des préjudices et injustices passés, en favorisant la réplication des acquis obtenus au niveau national.


Commentaires

0 Commentaires
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha
Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale