Actions pilotes de restauration des mangroves : les activités démarrent en Gambie

30 May 2012 | News story
0 CommentairesWrite a comment

Deux régions de la Gambie (Bitang Bolong) et de la Guinée Bissau (Cacheu) ont été retenues pour expérimenter des activités de restauration des mangroves et le développement d’activités socio-économiques au bénéfice des communautés riveraines. Ces activités sont menées par Wetlands International Afrique et le programme UICN du Sénégal.

Du 15 au 20 mai, une équipe du consortium UICN - Wetlands International Afrique, en collaboration avec les institutions gambiennes en charge de l’environnement, des forêts et de la pêche, a effectué une mission de caractérisation de l’aire géographique de Bitang Bolong. L’objectif était d’identifier les zones susceptibles d’abriter les activités de restauration des mangroves et de retenir avec les populations périphériques les activités socio-économiques.
Cette activité rentre dans le cadre du projet « Protection du grand écosystème marin du courant des Canaries » (CCLME), co-exécuté par la FAO et le PNUE, dont l’objectif est de mettre en place un instrument régional de gouvernance des forêts de mangroves par la « ratification d’un plan régional de conservation des mangroves de la région et la mise en œuvre des actions pilotes de restauration des mangroves dans les sites pilotes ».

La mise en œuvre de ce projet est assurée par WIA et UICN. Deux régions de la Gambie (Bitang Bolong) et de la Guinée Bissau (Cacheu) ont été retenues pour expérimenter des activités de restauration des mangroves et le développement d’activités socio-économiques au bénéfice des communautés riveraines.

Pour rappel, en 25 ans, il a été noté en Afrique occidentale et centrale un recul de 20 à 30% des formations de mangroves (PNUE, 2003 et 2006). Le déboisement pour le fumage de poisson, l’urbanisation, le développement des infrastructures touristiques le long du littoral, l’exploitation minière et la pollution tellurique sont considérés comme les principales causes de cette dégradation.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter

balle.seye@iucn.org, rdacosta@wetlands-africa.org  


 


Commentaires

0 Commentaires
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha
Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale