En Guinée, la GWI accompagne le processus de mise en œuvre du futur ouvrage de Fomi en collaboration avec la Direction Générale pour l’aménagement du projet de barrage de Fomi (DG Fomi). La priorité est de donner aux futures populations affectées les moyens de bien vivre le changement annoncé, en proposant des mesures fortes pour leur permettre de bénéficier pleinement des futures retombées positives du barrage.

Depuis 2010, deux visites d’échange d’expériences ont été organisées à Sélingué (Mali) et Garafiri (Guinée) pour permettre aux futurs déplacés de rencontrer les communautés qui ont déjà vécu un tel changement et d’apprendre de ces témoignages. Les leçons et enseignements tirés de ces dialogues ont été restitués aux acteurs locaux respectivement à Kankan en 2011 et Kouroussa en 2012. 48 000 personnes ont été comptabilisées pour être déplacées, d’après l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES).

Deux études ont également été réalisées en 2012/2013 portant sur les thèmes suivants :

  • Accord entre l’Etat et les populations affectées par le barrage de Fomi
  • Partage des recettes issues de la vente de l’électricité du barrage de Fomi avec les populations affectées

La restitution locale de ces deux études à eu lieu à Kankan en mai 2013, et l’atelier de validation nationale s’est tenu en septembre 2013.

Comme activité de la nouvelle phase GWI sur le thème de l’eau pour l’agriculture, une étude sur la sécurisation foncière des populations affectées dans le cadre de la compensation a été lancée en juillet 2013.