Stratégie de mise en oeuvre

La stratégie de mise en œuvre du PAGEV, combine trois axes majeurs à savoir :

  • la recherche des effets positifs et durables de la conduite d’actions de long terme dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau;
  • la satisfaction des besoins immédiats et vitaux des communautés démunies;
  • l’institutionnalisation de cadres et de fora au triple plan local, national et transfrontalier dans le but d’impliquer tous les acteurs dans le processus de gestion concertée des ressources en eau.

L’application est faite dans un sous bassin transfrontalier choisi comme site pilote couvrant environ 2 700 km² allant de l’aval du barrage de Bagré au Burkina Faso jusqu’à l’escarpement de Gambaga sur le Nakanbé. Les départements concernés sont ceux de Bittou et de Zabré, au Burkina Faso et les districts de Bawku West, de Garu-Tempane et de Bawku Municipality, au Ghana

Résultats majeurs

  1. MOBILISATION  DES ACTEURS A PLUSIEURS NIVEAUX

- Mise en place de comités de protection des berges dans chacune des sept communautés :
Institution de fora aux niveaux national (6) et transfrontalier (3) pour servir de plate-forme aux représentants des communautés.

2. PROTECTION  DES BERGES AVEC LES PLANTES FIXATRICES, DES ARBRES FRUITIERS ET DU BOIS DE CHAUFFE POUR GENERER DES REVENUS AUX COMMUNAUTES

- Huit (8) sites de pépinières, 34 000 plants et environ 16 Kilomètres de berges reboisées.


3. PRISE EN COMPTE DES BESOINS DES COMMUNAUTES DANS LES ACTIVITES DE REBOISEMENT DES BERGES :

- Facilitation de l’accès à l’eau potable : Construction de sept (18) puits pastoraux et maraîchers

- Octroi de matériels et intrants agricoles : semences et matériels de jardinage pour les activités en saison sèche en direction des femmes.

- Réhabilitation du barrage de Sakom : reprise d’activités économiques pour 1137 personnes (dont 592 femmes et 545 hommes).

- Renforcement des compétences : Formation en techniques de conservation des sols, en greffage, en hygiène-environnement et en VIH/SIDA.

4. AMELIORATION DE L’ENVIRONNEMENT POLITIQUE ET INSTITUTIONNEL

- Mise en place de cadres de concertation aux niveaux national (Comité Technique Conjoint sur la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, CTC-GIRE) et transfrontalier (Comité Transfrontalier de Gestion des ressources en Eau du Nakanbé)

- Elaboration d’un Code de conduite pour la  gestion durable et équitable des ressources en eau du bassin en voie d’être ratifié par les parlements des deux pays.

- Contribution du PAGEV à la création de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) en tant qu’institution unique de gouvernance de l’eau adoptée par les six Etats riverains (Ghana, Burkina Faso, Bénin, Togo, Mali et Côte d'Ivoire).

5. COMPILATION  D’UNE BASE DE DONNEES D’AIDE A LA DECISION ET AU SUIVI DES INTERVENTIONS DANS LE BASSIN
- Identification et hiérarchisation des problèmes liés aux ressources en eau et aux besoins immédiats des communautés
- Audit de l’eau permettant une meilleure compréhension de la dynamique de la disponibilité et de la demande en eau
- Amélioration du mécanisme de collecte et de partage des données transfrontalières en vue de la mise en place d’un système d’alertes précoces dans les cas de sécheresse ou d’inondation.
- Différentes cartes thématiques de base produites et servant à  l’éducation et la conscientisation des communautés.

Le PAGEV est financé par l’Agence Suédoise de Développement International (Asdi) et WANI/DGIS,il bénéficie également des contributions substantielles en nature des gouvernements ghanéen et burkinabé et de l’appui technique de Global Water Partnership / Afrique de l’Ouest  (GWP/AO). Il est co-dirigé par la  Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE) au Burkina Faso et par Water Resources Commission au Ghana.