L’Afrique de l’Ouest est caractérisée par quatre grandes zones naturelles : la zone saharienne, la zone sahélienne la zone soudanienne et la zone forestière. Chacune de ces zones, dans l’ensemble, de même que l’éventail des écosystèmes qui les composent, subit une dégradation continue, due en partie au changement climatique, mais surtout à une utilisation consomptive des ressources, corollaire d’une gouvernance inappropriée.

Des politiques de développement économique et social souvent non adaptées ont entretenu une situation de forte dépendance de la population vis-à-vis des écosystèmes, pour la nourriture, la santé, l’habitation et les différents services domestiques. La population croissant à un taux relativement élevé dans toute la région et les écosystèmes ne pouvant satisfaire cette forte demande, la pauvreté pratiquement endémique se développe également.

L’UICN a souligné l’importance des relations entre la pauvreté et la dégradation générale et attiré l’attention de ses partenaires sur le fait que la conservation des écosystèmes est directement liée à la réduction de la pauvreté, particulièrement dans le contexte actuel de changement climatique et de croissance rapide de la population.

A travers l’Initiative de réduction de la pauvreté et de conservation de l’environnement, l’UICN cherche à consolider les capacités de ses partenaires, tant locaux, nationaux que régionaux, à intégrer les biens et services des écosystèmes dans les plans régionaux de développement ainsi que dans les politiques et stratégies de réduction de la pauvreté et d’adaptation au changement climatique. La création de richesse sera ainsi améliorée dans les pays, de même que la croissance économique.