Barrages en Afrique de l’Ouest : quelle mise en œuvre pour les recommandations de la CEDEAO ?

06 February 2013 | Article
0 CommentairesWrite a comment

Le Centre de coordination des ressources en eau(CCRE) et Global Water Initiative (GWI), ont organisé du 21 au 23 janvier 2013 à Ouagadougou, une conférence régionale sur les aspects sociaux de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest.



La Conférence Régionale sur la « Mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest : aspects sociaux » visait à partager les expériences ouest africaines en matière de déplacement/réinstallation et partage des bénéfices avec les populations locales, pour tirer les leçons et poser les défis concernant deux recommandations sélectionnées dans un premier temps.

Organisée par le Centre de Coordination des Ressources en Eau de la CEDEAO et la « Global Water Initiative », mise en œuvre par l’IIED et l’UICN, et dans le cadre de l’initiative PREMI, cette conférence a regroupé une cinquantaine de participants représentant les organisations de la société civile et les usagers, les services techniques, les structures de gestion des barrages, les organismes de bassin, des universitaires, des juristes et des organisations régionales et internationales.

Le directeur du CCRE, Innocent Ouédraogo, qui a présidé la cérémonie de clôture, a dit constater une unanimité des participants sur la reconnaissance des principes de solidarité, d’équité et de justice sociale dans la réinstallation des populations affectées.

Comme enseignements phares, la conférence a relevé, entre autres la nécessité de :

  • régulariser la situation foncière des populations affectées par le projet (PAP) avec des titres clairs qui explicitent le statut foncier et le cahier des charges des parcelles ;
  • établir des titres fonciers qui sécurisent les PAP par rapport aux mêmes droits qu’elles exerçaient sur leurs terres traditionnelles ;
  • affecter un pourcentage des recettes de l’électricité aux PAP ;
  • prendre en compte l’ensemble des usages traditionnels au niveau des plans, dès la conception du projet ;
  • permettre aux PAP de décider qui négocie et signe pour elles en formalisant ces décisions à travers un document légal.

Dans le cadre du dialogue régional sur les grandes infrastructures du secteur de l’eau dans l’espace CEDEAO et des activités de Global Water Initiative(GWI), le comité technique des experts du secteur de l’eau de la CEDEAO a adopté les lignes directrices sur la grande infrastructure hydraulique en Afrique de l’Ouest. Ces lignes directrices sont composées de 6 axes, 25 recommandations et 77 mesures . Cette conférence de Ouagadougou est une contribution à l’opérationnalisation de l’axe 2 qui demande aux acteurs des projets de mettre en œuvre des processus qui intègrent les populations affectées comme acteurs , partenaires et bénéficiaires des projets. La conférence s’inscrit également dans l’axe 5 des lignes directrices qui s’intéresse à la capitalisation et l’échange d’expériences dans la zone CEDEAO pour une meilleure considération des problématiques environnementales, économiques et sociales dans le développement et l’exploitation des projets d’infrastructures dans le domaine de l’eau.

Pour plus d'informations : jerome.koundouno@iucn.org


Commentaires

0 Commentaires
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha
Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale