Processus de nomination de la Réserve de Biosphère Transfrontalière (RBT) du Niumi-Saloum

L’importance écologique et économique du Delta du Saloum a conduit l’Etat sénégalais avec le concours de la communauté internationale à prendre des mesures de conservation de la biodiversité du site. C’est ainsi qu’en 1976, 76 000 ha des entités amphibie et maritime ont été érigés en parc national (Parc National du Delta du Saloum, PNDS).

En 1981, l’ensemble continental a été joint au PNDS pour créer la Réserve de la Biosphère du Delta du Saloum (RBDS) et être inscrit au patrimoine mondial de la biodiversité. Et en 1984, son statut de zone d’accueil de plusieurs d’espèces d’oiseaux paléarctiques a permis à la RBDS d’être classée « zone humide d’importance internationale particulièrement comme habitat des oiseaux d’eau ».
Au sud de la RBDS et dans son prolongement, se trouve le parc national de Niumi en territoire gambien, présentant les mêmes caractéristiques écologiques et socioculturelles. C’est dans cette logique d’approche éco systémique, intégrée et régionale que s’inscrit l’appui de l’antenne de UICN, démarré en 2005, pour la création d’une réserve de la biosphère transfrontalière Niumi-Saloum entre le Sénégal et la Gambie.

C’est ainsi que des activités d’appui aux autorités gambiennes et de prospection de terrain ont été déroulées et ont mené à :
- l’élaboration en 2009 d’un premier draft du formulaire de soumission à l’UNESCO ;
- l’élaboration d’un plan de gestion de la future Réserve de Biosphère du Niumi (RBN).