Patrimoine mondial en danger: deux sites naturels listés

30 July 2010 | International news release

Suite aux recommandations de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), d’importantes zones de forêts tropicales et humides de Madagascar et le parc national des Everglades (Etats-Unis d’ Amérique) ont été ajoutés à la liste en péril du Patrimoine mondial par le Comité du Patrimoine mondial qui tient actuellement sa réunion annuelle à Brasilia.

Le Comité du patrimoine mondial a décidé de retirer les Iles Galápagos (Equateur) de la Liste du patrimoine mondial en péril, en dépit des recommandations contraires de l’UICN.

Les forêts humides de l’Atsinanana sont d’une importance critique pour la survie de la biodiversité unique de Madagascar. Elles contiennent plus de 80 pourcent d’espèces endémiques ainsi que des espèces de lémuriens rares et menacées. Mais depuis la crise politique de 2009, l’exploitation illégale de bois précieux a augmenté de façon spectaculaire et le braconnage de lémuriens pour la viande de brousse, phénomène inédit à Madagascar jusqu’à présent, se développe à une vitesse alarmante, ayant déjà mené à une réduction de 30 à 75 pourcent de la densité de la population de ces animaux dans certaines zones.

«Nous sommes très préoccupés par l’exploitation illégale de bois précieux en cours dans certaines parties de Madagascar qui a de graves répercussions sur les lémuriens menacés, » déclare Tim Badman, Directeur du programme du Patrimoine mondial à l’UICN. « En ajoutant ce site sur la liste en péril, nous en appelons à une action internationale pour stopper cette exploitation illégale et pour garantir qu’aucun bois précieux illégal de Madagascar n’ait accès aux marchés nationaux »

Le parc national des Everglades, un sanctuaire pour oiseaux et reptiles abritant 20 espèces rares et menacées, a été ajouté à la Liste des sites en danger à la demande des Etats-Unis d’Amérique. Le site avait été déjà été inscrit sur cette liste de 1993 à 2007, en raison de la déviation importante d’eau du parc vers les villes attenantes qui a eu pour effet d’assécher les zones humides et leurs habitats et a réduit de 90 pourcent la population d’oiseaux vivants dans ces zones.

« Nous saluons la demande des Etats-Unis de réinscrire ce site sur la liste en péril, ainsi que leur projet de remaniement majeur de l’infrastructure en vue de restaurer l’écosystème fragile des zones humides des Everglades, » ajoute Mariam Kenza Ali, Chargée de conservation au Programme du patrimoine mondial de l’UICN. « Ceci reflète le rôle que joue la Convention du patrimoine mondial en soutien aux efforts de restauration des habitats des zones humides ».

Les Iles Galápagos, considérées comme un « musée vivant et une vitrine de l’évolution » avaient été inscrit sur la liste en péril en 2007 en raison des menaces posées par les espèces invasives, ainsi que par un tourisme incontrôlé et par la surpêche.

« Selon la recommandation de l’UICN, ce site ne devrait pas être retiré de la liste en péril, étant donné qu’il reste beaucoup à faire, »déclare Tim Badman. « Mais nous reconnaissons les nombreux efforts entrepris par le gouvernement équatorien pour redresser la situation sur ce site. »

Pour plus d’information et des demandes d’entretien, contactez:

Pia Drzewinski, Relations medias, UICN, m +55 61 8125-8748, e pia.drzewinski@iucn.org
Brian Thomson, Chef des campagnes médias, UICN m +55 61 8219-4408, e brian.thomson@iucn.org