Acidification des océans: de plus en plus proche de chez vous

04 November 2010 | International news release

L’acidification des océans causée par l’homme aura des profonds effets sur la vie marine, même si les émissions de CO₂ cessaient d’augmenter. Les observations les plus récentes montrent que la chimie de l’eau de mer change et, selon l’UICN, seule une réduction importante et rapide de l’utilisation des combustibles fossiles et de la déforestation pourrait aider à remettre en état les océans

Sous embargo jusqu’au jeudi 4 novembre 2010 à 00h01 (CET)

Acidification des océans: de plus en plus proche de chez vous

Monaco, le 4 novembre 2010 (UICN) – L’acidification des océans causée par l’homme aura des profonds effets sur la vie marine, même si les émissions de CO₂ cessaient d’augmenter. Les observations les plus récentes montrent que la chimie de l’eau de mer change et, selon l’UICN, seule une réduction importante et rapide de l’utilisation des combustibles fossiles et de la déforestation pourrait aider à remettre en état les océans.

Une nouvelle publication, intitulée Ocean Acidification: Questions Answered (L’acidification des océans : réponses aux questions), affirme que l’acidification des océans avance dix fois plus vite que celle qui a précédé l’extinction d’un grand nombre d’espèces marines, il y a 55 millions d’années. Si elle se poursuit au rythme actuel, des écosystèmes fragiles, comme les récifs coralliens, qui hébergent une grande richesse biologique, seront gravement atteints d’ici 2050. Le guide incorpore les données scientifiques les plus récentes sur la vitesse et l’échelle de l’impact des émissions de CO₂ sur les océans et sur l’humanité.

« Le changement climatique est à la une partout, mais il a un jumeau maléfique, issu du même dioxyde de carbone invisible, ayant des effets plus mesurables, rapides et qui semblent imparables », dit Dan Laffoley, Vice-président de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN chargé du milieu marin et responsable de la rédaction du guide. « En répondant aux principales questions qui se posent sur l’acidification des océans, nous voulons dissiper la confusion et l’ignorance existantes, pour que chacun comprenne mieux ce qui se passe et pourquoi il s’agit d’une question prioritaire à l’échelle mondiale. »

Aucune région n’est épargnée par l’acidification des océans, pas plus que par le changement climatique, mais certaines seront touchées plus gravement et plus rapidement que d’autres. L’acidification avancera plus vite dans l’océan Arctique et celui-ci deviendra hostile à un grand nombre d’organismes marins, notamment ceux à coquille, selon l’étude. La chimie de la moitié de l’océan Arctique sera modifiée d’ici 2050 si les niveaux de CO₂ continuent d’augmenter aux taux actuels.

« La société devrait se réveiller sans plus attendre devant l’urgence posée par l’acidification des océans », dit Carl Gustaf Lundin, Directeur du Programme mondial de l’UICN pour le milieu marin et polaire. « Un océan acidifié représente une menace importante et bien réelle à notre existence. Il faut d’agir tout de suite pour réduire les impacts sur les systèmes qui entretiennent la vie tant qu’il est encore temps. »

Elaboré par l’ « Ocean Acidification Reference User Group » (RUG) avec la participation d’une trentaine d’éminents océanographes du monde entier, le guide est présenté par le Prince Albert II de Monaco lors d’une réunion organisée conjointement avec l’UICN. « De nouvelles données scientifiques sont publiées à un rythme de plus en plus soutenu en raison du nombre croissant de grands projets de recherche. Il est donc essentiel de diffuser ces découvertes parmi les usagers finaux, dont les décideurs et le grand public. C’est ce que nous faisons aujourd’hui », conclut Jean-Pierre Gattuso, coordinateur scientifique du Projet européen sur l’acidification des océans.

Porte-paroles :
• Dan Laffoley, Vice-président chargé du milieu marin, Commission mondiale de l’UICN sur les aires protégées, dan.laffoley@naturalengland.org.uk
• Carl Gustaf Lundin, Directeur, Programme de l’UICN sur le milieu marin, carl.lundin@iucn.org

Pour plus d’informations ou pour des entretiens, en anglais, français ou espagnol, veuillez contacter :
• Borjana Pervan, Relations médias UICN, tél: +41 22 999 0115, +41 798574072; borjana.pervan@iucn.org

Ocean Acidification: Questions Answered, est un produit de l’ « Ocean Acidification Reference User Group », une initiative du Projet européen sur l’acidification des océans (EPOCA).
Pour lire le guide en anglais, français, espagnol, chinois et arabe, allez à :
http://www.epoca-project.eu/index.php/what-do-we-do/outreach/rug/oa-questions-answered.html

 

Notes pour les rédacteurs

A propos de l’UICN
L’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature, aide à trouver des solutions pratiques aux problèmes de l’environnement et du développement les plus pressants de l’heure.

L’UICN œuvre dans les domaines de la biodiversité, des changements climatiques, de l’énergie, des moyens d’existence et lutte en faveur d’une économie mondiale verte, en soutenant la recherche scientifique, en gérant des projets dans le monde entier et en réunissant les gouvernements, les ONG, l’ONU et les entreprises en vue de générer des politiques, des lois et de bonnes pratiques.
www.iucn.org

A propos de l’Ocean Acidification Reference User Group (RUG)
Le RUG est un groupe neutre d’usagers finaux et de scientifiques de premier plan travaillant dans le domaine de l’acidification des océans. Créé à cette fin spécifique, il permet d’examiner et de mieux comprendre les données scientifiques les plus récentes en la matière, ainsi que de mettre au point de nouveaux mécanismes de diffusion et de vulgarisation afin de sensibiliser plus largement à ce sujet sur la base des connaissances scientifiques les plus récentes. Le RUG appuie la recherche sur l’acidification des océans en Europe (EPOCA), en Allemagne, au Royaume-Uni et en Méditerranée.
http://www.epoca-project.eu/index.php/what-do-we-do/outreach.html

A propos d’EPOCA
Lancé en mai 2008, le projet intégré à grande échelle EPOCA (European Project on OCean Acidification), appartenant au 7e programme-cadre de l’UE, a pour but principal de remédier aux insuffisances de nos connaissances en matière d’acidification des océans et de ses conséquences. Le consortium d'EPOCA réunit plus de 100 chercheurs de 31 institutions et 10 pays européens. Les recherches entreprises au titre de ce projet quadriennal sont financées en partie par la Commission européenne et coordonnées par le CNRS.
http://epoca-project.eu.

A propos du Programme britannique de recherche sur l’acidification des océans
Le Programme quinquennal de recherche sur l’acidification des océans est la réponse du Royaume-Uni aux préoccupations croissantes qui se posent en la matière. Il est financé conjointement par le Département de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (Defra), le Natural Environment Research Council (NERC) et le Département de l’énergie et du changement climatique (DECC). Il réunit près de 105 scientifiques de 22 institutions de l’ensemble du Royaume-Uni (www.oceanacidification.org.uk).

A propos de BIOACID
BIOACID (Biological Impacts of Ocean ACIDification) est un projet qui coordonne les travaux de plus de 60 responsables de recherche de 14 institutions et PME de l’ensemble de l’Allemagne. Lancé en 2009, le projet est financé par le Ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche (BMBF) pour une période initiale de trois ans.
http://www.bioacid.de