24% du territoire de La Guinée Bissau érigés en aires protégées d’ici 2012

31 October 2010 | News story
0 CommentsWrite a comment

La Guinée Bissau vient de prendre l’engagement de porter le taux de couverture de ses aires protégées actuellement de 15% à 24% d’ici deux ans. L’annonce a été faite par son ministre de l’environnement Thomas Gomes Barbosa lors d’un diner offert par l’initiative lifeweb du Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique (CBD) en marge des travaux de La 10é conférence des Parties à la CBD à Nagoya au Japon.

La Guinée Bissau passe pour être le champion en Afrique de l’Ouest en matière de création d’aires protégées ; jusqu’ici l’objectif de taux de couverture tel que fixé par le Programme de Travail sur les Aires Protégées jusqu’en 2010 était de 10% du territoire national par pays , un objectif largement dépassé par la Guinée Bissau , voilà qu’on a pas encore fini de fixer de nouveaux objectifs dans le cadre des négociations en cours à Nagoya que la Guinée Bissau affiche la couleur en s’engageant à porter d’ici deux ans son taux de couverture à 24%. C’est pourquoi l’annonce du ministre a été suivie d’une salve d’applaudissement dans cette salle qui réunissait que des inconditionnels des aires protégées. En effet l’Initiative Life web, est une plateforme de partenariat pour appuyer le financement des aires protégées afin de conserver la biodiversité, lutter contre les changements climatiques et protéger les moyens de subsistance, à travers a mise en oeuvre du programme de travail sur les aires protégées de la Convention sur la Diversité Biologique.

Les aires Protégées jouent un rôle socio économique très important et selon l’évaluation des écosystèmes pour le Millénaire de 2005, elles assurent la sécurité alimentaire à un milliard de personnes dans le monde. Sans doute, c’est pourquoi le Ministre de l’environnement de la Guinée Bissau invite les autres pays de la sous région de l’espace du Programme Régional de Conservation de la zone Côtière et Marine (PRCM) à aller dans le même sens que son pays, il les appelle à une synergie. Il a profité de l’occasion pour remercier tous les bailleurs de fonds et partenaires techniques qui appuient les pays de la sous région dans le cadre du PRCM à savoir La Fondation MAVA, Les Pays Bas, l’Espagne, le WWF, la FIBA, Wetlands Internationale et l’UICN.

Malgré leur apport à la vie, les aires Protégées dans le monde surtout dans les pays en développement qui abritent une part importante de la biodiversité de la planète, ont du mal à fonctionner correctement faute de financement adéquats. En effet, selon des études menées dans ce sens, les pays en développement ont besoin d’un budget total annuel entre 1,1 et 2,5 milliards de Dollars USA par année pour une gestion efficace de leurs aires protégées. A ce jour, le gap pour atteindre ce financement, situe entre e 1,1 et 1,7 milliards. US Dollars. Ainsi beaucoup reste à faire. Le PRCM veut contribuer à relever le défi du financement en Afrique de l’ouest et en partenariat avec les pays de son espace (Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée, Cap vert, Sierra Léone et Mauritanie) et l’Initiative Lifeweb de la CBD, il organise une table ronde des bailleurs de fonds pour le financement des aires Protégées au cours de l’année 2011. La préparation de cette manifestation qui va être un événement majeur dans le calendrier de l’environnement en Afrique de l’Ouest sera lancée le 28 octobre à Nagoya en marge des travaux de la de la 10é conférence de la CBD et en présence des ministres de l’environnement des pays concernés.
 


Comments

0 Comments
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha