La Biodiversité de la Steppe Algérienne

28 September 2010 | News story

L’association Arc en Ciel, en coordination avec l’ambassade du Royaume des Pays-Bas en Algérie, a organisé un colloque national à Ain Sefra. Par Abdallah Khazene, membre du CEC.

Les Ksour du Haut Atlas Algérien une région steppique d’une biodiversité remarquable qui représente un trait d’union entre le grand Sahara et la région du Nord.

Dans ce cadre, et à l’occasion de l’année internationale de la biodiversité ; L’association Arc en Ciel, en coordination avec l’ambassade du Royaume des Pays-Bas en Algérie, a organisé un colloque national intitulé « la biodiversité de la steppe, un patrimoine à sauvegarder » à Ain Sefra (w.Naama) du 21au 22 mai 2010.

Le colloque se veut une opportunité pour les experts, les chercheurs et les acteurs de la société civile de débattre des questions relatives à la biodiversité, à l’éducation environnementale, à l’eco-citoyenneté et au développement durable. 

  • « Les espèces végétales et notamment animales qui sont menacées d’extinction prochaine dans la région d’Ain Séfra sont nombreuses, où se concentrent un grand nombre d’espèces d’affinités sahéliennes et éthiopiennes. Nombreux sont les milieux en voie de dégradation ou d’ores et déjà dégradés, les écosystèmes détruits, les espaces appauvris pour des milliers d’années – sinon définitivement - si rien n’est entrepris pour stopper et inverser le sens de ce processus catastrophique ». Alors bougeons-nous un peu pour sauver ce qui reste...!!

« On ne peut protéger que ce que l’on connaît »

Partons de cette citation, notre colloque sur la biodiversité et la sensibilisation pour mieux connaitre les écosystèmes de la région sera une proposition juste pour changer le comportement de la population locale afin de sauver ce patrimoine environnementale tout en ce permettant de découvrir la richesse de la biodiversité de la région et de sensibiliser à la protection de nos écosystème fragile et qui sont menacés plus que jamais.

Ce Colloque sera consacré à un sujet passionnant : La biodiversité de la steppe comme un patrimoine a sauvegarder. Avec une participation des experts du monde scientifique, du secteur privé, des média ainsi que des représentants des ONG de développement, ce qui a fait de cette manifestation une occasion unique d’échanges enrichissants autour de ce thème hautement pertinent.

Des présentations d’études de cas et des séances de débat ont permis d’éclairer le rôle et
l’importance de la biodiversité dans la vie humaine et pour le développement durable. Le Colloque facilitera également le travail en réseau des participants et encourage des initiatives de coopération dans ce sens. C’est dans le même sillage notamment des activités de la CEC ainsi que WCPA ou dans des étapes importantes de nos projets nous essayons de mettre en valeur l’importance du patrimoine culturel et environnemental à la fois comme vecteur de développement durable.

Le colloque :

L’association Arc-en- ciel, une association écologique locale, de Aïn- Séfra, a tenu un colloque national de deux jours, les 21 et 22 mai derniers, au centre culturel de Aïn-Séfra. Spécialistes en écosystème, écologistes, étudiants de Tlemcen, de M’sila, Tiaret, Sétif ont pris part à ces journées, aussi nous Signalons la participation de plusieurs associations, telles Les auberges deTissemssilet , Eco Action de Tizi Ouzou, El Hayet de Sidi Bel Abbès, Barik21 de Skikda, Caravane de Djamaâ d'El Oued... Plusieurs thèmes ont été exposés notamment : sur la steppe, la faune et la flore, et sur l’abeille saharienne. Le premier conférencier à intervenir, le Pr Beniou, a présenté un exposé sur la steppe de M’sila (même zone que Naâma) ; le deuxième, le Pr Belaradj, a présenté une étude sur la mise en défens de la plaine de Tiout ; suivi du Pr Bensaci qui a fait un exposé sur chott-Hodna. Quant au Pr Mostefai, il a axé sa conférence sur la faune et la flore. Enfin le Dr Driss Khodja a donné un exposé sur l’abeille saharienne.

Toutes les interventions ont été abordées sur la lutte contre la désertification ; la sécheresse qui constitue un facteur aggravant ; les surpâturages et les surexploitations aggravés par la mécanisation de l’activité pastorale ; la protection et l’amélioration des parcours pour préserver l’activité de l’élevage… «…Il est impératif de réfléchir sérieusement à une stratégie globale, dira un écologiste, et de trouver une solution pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition (animales et végétales).» Parmi les premières actions à entreprendre, dira-il, la multiplication des mises en défens, la création d’aires protégées, la lutte contre le braconnage et surtout la sensibilisation.

Le président de l’association Arc-en-ciel, M. Khazene, a lancé cet appel lancé déjà à travers le monde : «II faut se mobiliser pour faire connaître la richesse de la biodiversité. La journée du 22 mai est un moment fort pour porter au premier plan toutes les contributions en cette année 2010, année de la biodiversité, par la réalisation et la projection de documentaires, par des rencontres-débats, par des visites guidées sur site… De nombreux événements sont organisés à travers le monde, alors contribuons nous aussi, par un tant soit peu avec ce monde qui bouge…»

Le renforcement la société civile :

L’association Arc en Ciel mène des activités centrées sur la sensibilisation et l’éducation environnementale. Le renforcement de ses capacités en rapport avec son champ d’action s'impose. Le renforcement qui sera de plus en plus effectif et facilité par la participation citoyenne des habitants dans la vie associative et dans le développement local. Dans la même dynamique, la société civile qui regroupe l'ensemble des organisations communautaires de base rencontre beaucoup de problèmes tels que:
Le manque de concertation entre les parties prenantes des actions à la base et l'absence de coordination des différents acteurs impliqués dans la conduite des initiatives de développement

L’absence de planification stratégique et de capitalisation des actions engagées par les associations, qui expliquent largement la dispersion des efforts et l'absence de stratégies optimales d'exploitation des ressources disponibles. C'est dans ce contexte qu'on va initier un séminaire de formation et d'appui aux quelques associations locales pour tisser des liens afin de mieux contribuer à protéger et valoriser la biodiversité et particulièrement les zones humides de notre région.

Les aspects de renforcement des capacités sont:

  1. L'implication et l’orientation des associations et les autorités locales dans le domaine de biodiversité en s'intéressant plus aux projets qui concerne la biodiversité et l'environnement.
  2. La nécessité de l'adaptation de projets quelconques aux normes environnementales.
  3. L'acquisition des techniques de communication et de sensibilisation pour mieux valoriser le projet et faire appel au simple citoyen pour apporter une contribution concrète à la sauvegarde du patrimoine environnemental et le respecter.

Pour plus d’information, contactée Abdallah Khazene akhazene@gmail.com