IUCN - Processus de relecture de la loi forestière de 1994 : les peuples autochtones remettent officiellement leur contribution

Processus de relecture de la loi forestière de 1994 : les peuples autochtones remettent officiellement leur contribution

16 February 2012 | News story
0 CommentsWrite a comment

Le réseau Recherche-Action-Concertées (RACOPY) qui regroupe plusieurs organisations de la société civile travaillant sur la problématique des populations autochtones (Baka, Bakola, Bagyéli et Bedzang) au Cameroun, a remis officiellement leur contribution au processus de relecture de la loi forestière le 14 février 2012 au comité technique en charge de ce processus au Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF).

Seize ans après la réforme du secteur forestier camerounais, les impacts sur les communautés locales et les peuples autochtones sont diversement appréciés. Ci certains pensent que la réforme a renforcé la reconnaissance des droits des communautés locales et autochtones à utiliser les terres forestières , à profiter de leurs ressources et à participer aux décisions y afférentes, d’autres, plus critiques, estiment que les impacts négatifs sont plus importants que les impacts positifs et parlent même de désillusion.  

En l’absence de mesures appropriées pour protéger leurs droits, les activités forestières – qui vont de l’exploitation industrielle à la conservation de la biodiversité - menacent d’accroître la marginalisation et l’appauvrissement des groupes autochtones en les spoliant de leurs droits traditionnels d’usage de la forêt.
 
La relecture de la loi forestière de 1994 offre une extraordinaire opportunité pour contribuer à régler les injustices dont les peuples autochtones sont victimes. D’où grâce à l’appui financier et technique de l’UICN à travers le projet Towards Pro Poor REDD, un processus de consultations a été mis en place avec les PA du Cameroun en vue de faciliter leur contribution à la relecture de la loi forestière. Ce processus facilité par le RACOPY s’est déroulé en quatre étapes : des séries de consultations des PA des forêts, un atelier de préparation de la contribution des organisations membres du RACOPY  au processus de relecture de la loi forestière, des consultations effectuées dans les zones à forte concentration des PA afin d’enrichir et d’amender les résultats des réflexions et enfin un atelier de validation du draft du document final à soumettre. 
 
Ce processus a abouti à des propositions concrètes qui invitent à prendre en compte les droits des PA dans la future loi. Elles ont  été remises officiellement au MINFOF Présidé par le Secrétaire Général président du Comité technique en charge de ce processus.
 
D’une manière générale, la philosophie de base de la nouvelle loi forestière est "de pérenniser et de développer les fonctions économiques, écologiques et sociales des forêts dans le cadre d'une gestion intégrée et participative qui assure de façon durable, la conservation et l'utilisation des ressources et des écosystèmes forestiers". 
 
L’UICN dont les initiatives Cameroun vise à contribuer à la conservation de la diversité biologique et à l’amélioration des conditions d’existence des populations en collaboration avec les parties prenantes à tous les niveaux (local, national et régional) veille à ce que toutes les parties prenantes, en particulier les populations vulnérables, y participent de manière active.


Comments

0 Comments
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha