Information de base - Défis majeurs - Outils et approches - version pdf Programme pour le Forum

Information de base

Dans l’histoire de l’humanité, le monde n’a jamais changé aussi rapidement que de nos jours. Que ce soit dans les océans, sur la terre ou au niveau du climat, les effets de l’activité humaine sur la planète terre sont évidents. Le courant thématique de discussion Un nouveau climat pour le changement, prendra en considération les défis et les solutions qui seront avancés au Congrès mondial pour ce monde changeant – où les forces du réchauffement climatique, de la mondialisation et de la demande énergétique croissante affectent de plus en plus la diversité biologique et les personnes. Grâce à une série d’activités qui auront lieu tout au long du Congrès, ce courant thématique abordera des questions, comme :

  • Comment la diversité peut-elle aider à atténuer et à s’adapter au réchauffement climatique ?
  • Quelles sont les implications issues du réchauffement climatique pour la conservation de la diversité biologique ?
  • Comment répondre à la croissante demande énergétique au niveau mondial et quel est le rôle des biocarburants ?
  • Comment évaluer et mettre sur le marché la biodiversité et les services écosystémiques dans le monde d’aujourd’hui ?
  • Quels nouveaux chemins vont emprunter nos activités commerciales qui conduiront vers un avenir plus durable ?

Durant ces 40 à 50 prochaines années, la population mondiale atteindra pratiquement les 9 milliards de personnes, après les 6.7 milliards actuels – et aucune de ces personnes ne devrait être démunie. En même temps, le monde autour de nous change ; le défi de satisfaire les besoins des peuples tout en conservant la diversité biologique s’accroît. Des modifications au niveau du système climatique mondial s’accélèrent, et nous faisons face au double défi de réduire de manière urgente et significative les émissions de gaz à effet de serre, afin d’éviter le réchauffement climatique dangereux et de s’adapter aux impacts du réchauffement climatique déjà en cours. Le niveau des océans du monde s’élève – environ 1 cm tous les trois ans ; au rythme actuel et sur les 50 prochaines années environ, les températures devraient s’élever en moyenne de 2° C, avec des conséquences significatives et terribles pour la nature et les êtres humains.

Dans ce monde changeant, les personnes sont davantage en contact – à travers les communications, le transport et le commerce, mais aussi à travers la culture, les politiques et l’environnement. Une telle « mondialisation » apporte des opportunités extraordinaires pour la coopération, de nouveaux modèles de gouvernance, une rapide diffusion des technologies et pour l’émergence de nouveaux marchés et approches économiques. Cependant, elle apporte aussi des risques – la diffusion des espèces envahissantes et des maladies, la perte de la diversité culturelle et des connaissances traditionnelles ; et d’ignorer la dégradation des environnements locaux provoquée par le déplacement des denrées, le commerce et les effets sur des sources éloignées.

Satisfaire rapidement les demandes croissantes en énergie exige des changements de comportement et de nouvelles solutions énergétiques qui réduisent les effets de la production énergétique et de la consommation sur le climat et sur la nature. Nous devons abandonner l’économie dépendante des carburants fossiles. La nature peut fournir diverses solutions, cependant toutes les options en énergie disponibles actuellement – même si elles sont appelées « énergies vertes » - ont des implications sur la diversité biologique et sur les personnes. Le débat actuel et l’incertitude autour des biocarburants vont devenir probablement classiques autour d’une gamme de solutions énergétiques émergeantes.
Parmi ces nombreux changements, la biodiversité continue de disparaître malgré la reconnaissance accrue de sa contribution au bien-être humain. Bien que les valeurs dérivées de la biodiversité et des services écosystémiques – monétaires et autres – sont de plus en plus reconnues, ces valeurs sont rarement reprises. En conséquence, une grande partie du ‘capital naturel’ du monde est dégradé ou perdu. De nouvelles pistes de réflexion sur les économies et les marchés incorporant le mieux les valeurs de la nature joueront un rôle clé dans un avenir durable.

Le courant thématique un Nouveau climat pour le changement du Congrès mondial a pour but d’influencer la science, la politique et les pratiques de l’avenir. Il vise une meilleure compréhension des défis qu’affronte le monde où le réchauffement climatique, la demande énergétique, la mondialisation et les économies s’entrecroisent avec la perte de biodiversité ; son but est aussi de trouver des solutions à ces défis, protégeant tout autant les personnes comme la nature.

Les défis majeurs abordés par les activités du courant thématique Un nouveau climat pour le changement, sont la mitigation et l’adaptation au réchauffement climatique, la réponse à la demande énergétique, le lien entre la conservation et le développement, et les rôles joués par les populations locales et autochtones dans la conservation et la gestion de l’écosystème.

Mitigation: Une mitigation équitable dépendra de l’atteinte des objectifs, tant au niveau de la température comme des émissions – elle est possible grâce aux changements intervenus dans le secteur énergétique, par le développement du marché de carbone, par les taux de déboisement et par l’utilisation de technologie marine et l’ingénierie.

Adaptation: L’adaptation des sociétés aux défis de la croissance démographique, de la mondialisation et du réchauffement climatique exige une coordination locale et régionale et des approches mondiales pour une gestion intégrée des écosystèmes et une réduction de la vulnérabilité. D’importantes considérations sousjacentes sont les techniques d’évaluation du risque climatique, le financement approprié, la mise en œuvre de plans d’adaptation nationaux, les liens entre la mitigation et les stratégies d’adaptation, la définition du rôle des dirigeants indigènes, et la façon d’appuyer une gestion communautaire plus efficace.

Énergie: Les ateliers dessineront les liens entre les solutions énergétiques mondiales et les solutions au réchauffement climatique. La discussion analysera de près les effets des différentes stratégies énergétiques y compris le rôle des biocarburants, des modèles énergétiques efficaces et leurs effets subséquents sur la biodiversité, la production agricole et les gens.

Conservation et développement: Le lien entre la conservation et le développement dans un monde changeant sera largement analysé. Un certain nombre d’ateliers dans ce courant thématique se focaliseront sur l’agriculture urbaine, la gestion des bassins versants, l’énergie, la parité des sexes et la sécurité.

Populations autochtones: Le rôle des peuples autochtones dans la conservation et la gestion des écosystèmes est particulièrement important pour les stratégies d’adaptation et l’efficacité des techniques de mitigation. Les ateliers souligneront le rôle des peuples autochtones dans le progrès sur les deux fronts.

Des outils et des approches à ces défis seront également abordés lors des activités du courant thématique Un nouveau climat pour le changement. Parmi eux, des thèmes comme la valorisation des services écosystémiques, l’utilisation des zones protégées, les systèmes d’évaluation et de suivi, les communications et l’éducation améliorées et les partenariats à plusieurs parties prenantes.

Biodiversité et valeur des services écosystémiques : Le futur statut de la biodiversité, tant dans les zones protégées comme dans les paysages productifs aura des implications dramatiques pour les gens. Un certain nombre d’activités se focaliseront sur les concepts de valorisation des écosystèmes et sur la valeur des zones protégées.

Zones protégées: Des ateliers débattront de l’impact des couloirs biologiques, de la fragmentation des écosystèmes, l’intégration des réserves et la gestion des zones protégées face au changement mondial.

Évaluation: L’absence de quantification des impacts et des résultats est la barrière principale à la résolution des problèmes environnementaux au niveau international. Plusieurs ateliers discuteront du statut, du rôle et de l’importance d’une comptabilité verte, des empreintes écologiques, des prévisions écologiques, des méthodologies d’évaluation, des investissements et des problèmes en commerce international, et du réchauffement climatique.

Communication et éducation: création de scénarios, campagnes publicitaires, alphabétisation en écologie, et une éducation intégrée à la problématique du climat seront discutés dans ces ateliers.

Gouvernance: Le rôle d’une politique environnementale cohérente à de multiples échelles sera davantage crucial. Les ateliers couvriront les thèmes sur la législation nationale sur le changement climatique, le réchauffement climatique et la CDB, les approches décentralisées de la législation, le réchauffement climatique et le commerce international.

Partenariats et Alliances: Une approche de solution au problème du réchauffement climatique est de renforcer le travail en réseau régional et local. Les ateliers montreront des exemples de cas en Asie du sud-est, en Méditerranée, en Amérique latine, et entre les secteurs publics et privés.

Version pdf de ce texte