Aires protégées et changement climatique

Contexte du projet

L’Afrique regorge d’espèces animales et végétales très variées, y compris endémiques. Malheureusement, les écosystèmes d’Afrique ainsi que les services éco-systémiques associés doivent aujourd’hui faire face à de nombreuses pressions et menaces, en particulier celle du changement climatique considérée comme la principale menace qui pèse sur la biodiversité. L’augmentation de la température de l’air, le changement du régime des précipitations, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des évènements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations…), etc sont autant de manifestations du changement climatique. Les menaces qui pèsent sur ces écosystèmes et les aires protégées qu’ils renferment réduisent leur efficacité à fournir des services écosystémiques et leur rôle dans la conservation in situ. Or ces écosystèmes peuvent jouer un rôle important dans l’adaptation (et également dans l’atténuation) s’ils sont gérés de manière efficace.

Des initiatives sont en cours à travers le continent afin, d’une part d’intégrer les considérations climatiques dans les programmes qui concernent les aires protégées, et d’autre part, d’atténuer les effets du changement climatique et mettre en œuvre des activités d’adaptation.

Le PAPACO s’intéresse également à ces questions et est actuellement en train de mettre en œuvre (au niveau régional) un projet financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Ce projet s’intitule PARCC ou « Aires protégées résilientes au changement climatique ». Le projet est géré par le centre mondial de surveillance de la conservation de la nature du PNUE (PNUE-WCMC) qui est l’agence exécutrice du projet, et le PAPACO est le principal partenaire régional qui apporte un appui technique pour la mise en œuvre des activités aux niveaux régional et national. Le projet couvre cinq pays clé en Afrique de l’Ouest : le Tchad, la Gambie, le Mali, la Sierra Leone et le Togo. Trois autres pays participeront aux activités préparatoires relatives à la conservation transfrontalière (Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Ghana).

Objectif du projet

Le but du projet est l’amélioration de la protection et gestion durable des écosystèmes représentatifs des aires protégées en Afrique de l’Ouest par le renforcement de l’évaluation du changement climatique et de l’adaptation à ses impacts. Son objectif est d’améliorer la gestion régionale (transfrontalière) et nationale des AP par le renforcement des capacités scientifiques et techniques sur les questions suivantes : a) évaluation des risques liés au changement climatique, b) développement de la planification et de directives pour l’adaptation, et c) rationalisation de l’adaptation axée sur les risques en matière de gestion des AP.

Plusieurs partenaires interviendront tout au long de la mise en œuvre du projet qui est organisé autour de quatre composantes principales :

1. évaluation de la vulnérabilité et stratégies de réduction des risques pour les systèmes d’aires protégées existants
2. analyse des lacunes/ études et planification spatiale
3. soutien politique et mise en œuvre, projets pilotes et formations
4. gestion des connaissances, communication et suivi et évaluation

Pour plus d’informations sur le projet contacter :
Au PAPACO : bora.masumbuko@iucn.org
Au WCMC : elise.belle@unep-wcmc.org